Gatineau fait le ménage de ses terrains et bâtiments

L'édifice hébergeant les Brasseurs du Temps fait partie... (Archives LeDroit)

Agrandir

L'édifice hébergeant les Brasseurs du Temps fait partie des bâtiments devant faire l'objet d'une «analyse des options» pour 2017.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau vient de se doter d'un premier plan d'action sur trois ans afin de gérer de manière plus efficace les terrains et bâtiments dont elle est propriétaire.

Le portefeuille immobilier de la Ville compte 1576 terrains et 356 bâtiments, pour une valeur totale d'environ 1,2 milliard $. Le plan d'action 2016-2018 prévoit que du lot, 39 terrains et 19 bâtiments devront faire l'objet d'une analyse afin de déterminer leur avenir.

«Il y a des terrains qui sont complètement inutilisés, mais on tond le gazon, on répare la clôture et on ne les développe pas, a mentionné le maire Maxime Pedneaud-Jobin. Ce qu'on a décidé en début de mandat, c'est de faire le ménage là-dedans, de regarder chacun des édifices qu'on a. Est-ce qu'il est bien utilisé? Est-ce qu'il est utilisé à son plein potentiel? Est-ce qu'on en a besoin? Même chose pour les terrains.»

Le maire a souligné que le but du plan d'action est de réduire les dépenses et d'augmenter les revenus, à court et à long terme. «Le terrain avec lequel on ne fait rien, si on le développe, [ça génère] des revenus de taxes», a-t-il dit.

Le processus est complexe, puisque «chaque service» de la municipalité doit évaluer les terrains et bâtiments ciblés afin d'émettre des recommandations. Tant pour les terrains que pour les bâtiments, le développement du centre-ville fait partie des «critères de priorisation» établis dans le plan d'action.

Pour 2017, l'édifice hébergeant les Brasseurs du Temps et la gare de la rue Deveault font partie des bâtiments devant faire l'objet d'une «analyse des options».

Jusqu'à présent, en 2016, la vente de terrains jugés excédentaires par la Ville a généré des revenus de 3,3 millions $, tandis que les taxes récurrentes qui découleront de ces transactions sont évaluées à 2,7 millions $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer