Conflit à la STO: le syndicat dépose 11 griefs

Plus de 150 chauffeurs et employés d'entretien ont... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Plus de 150 chauffeurs et employés d'entretien ont épaulé leur président de syndicat, qui a profité de la réunion du c.a. du transporteur public pour se faire entendre.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles-Antoine Gagnon

Collaboration spéciale

Le Droit

Plus de 150 chauffeurs et employés d'entretien de la Société de transport de l'Outaouais (STO) ont épaulé leur président de syndicat qui a profité d'une réunion du conseil d'administration du transporteur public jeudi soir pour déposer des griefs, en réplique aux mesures disciplinaires de l'employeur.

Vêtus du t-shirt jaune utilisé comme moyen de pression, bon nombre d'entre eux ont été en mesure d'entrer dans la salle du conseil pour voir et écouter leur président de syndicat, Félix Gendron, déposer devant le conseil d'administration 11 griefs représentant les 1154 lettres disciplinaires placées dans le dossier d'employés par la direction de la STO pour avoir porté le t-shirt. Des sanctions prévoyant la suspension pour une journée des employés pris en défaut sont prévues par la STO.

«Nous avons le droit d'expression et le droit d'association. Nous considérons que nous avions le droit de le porter, et on continue», a expliqué M. Gendron, président du local 591 du Syndicat uni du transport, quelques instants avant de faire son entrée dans la salle du conseil.

Le syndicat évalue à quelque 525 000$ la valeur des griefs. M. Gendron n'a pas voulu dire si d'autres moyens de pression sont envisagés. Pour le moment, le syndicat veut donner la chance au processus de conciliation qui commence la semaine prochaine.

«Le but est d'avoir une convention collective signée qui sera satisfaisante pour tout le monde», a précisé M. Gendron, après le dépôt des griefs.

Les quelque 550 membres du syndicat sont sans contrat de travail depuis la fin de 2014.

La manifestation de jeudi soir s'est déroulée dans le calme. 

Le président de la STO, Gilles Carpentier, a indiqué que le conseil d'administration «souhaite de tout coeur» qu'une entente à la satisfaction des deux parties puisse intervenir.

«Le souhait du conseil d'administration est qu'à la fin du processus il y aura une convention collective signée par les parties qui répondra aux besoins de la STO, comme société, et aux employés, et ce, dans le meilleur intérêt de nos usagers», a indiqué M. Carpentier.

Félix Gendron a tenu à préciser que le service à la clientèle «se fait très bien» jusqu'à présent. 

«Nos membres font bien leur travail. Je les félicite, et je félicite les clients, qui sont derrière nous. On veut continuer comme ça pour l'instant», a précisé M. Gendron, qui a cependant signalé que ses membres sont frustrés par la situation.

«Les employés sont tannés de ce qui se produit présentement à la STO, et de la façon dont ils se font traiter par l'employeur», a-t-il lancé.

Les conditions salariales et les horaires de travail font partie des points en litige.

La STO et Ed Brunet s'entendent pour 390 000$

La STO et la firme Ed Brunet et Associés ont conclu une entente hors cour concernant une poursuite d'un peu plus d'un million de dollars qu'avait intenté l'entreprise contre la STO dans le dossier de la construction de la station de la Cité du Rapibus. 

Lors de son assemblée ordinaire de jeudi soir, le conseil d'administration de la STO a indiqué que les deux parties se sont entendues pour le versement d'une somme de 390 000$ en capital, intérêts et frais à l'entreprise.

Ed Brunet et Associés avait notamment basé sa poursuite sur des travaux additionnels qui avaient été demandés en cour de route par la STO.

Sur des demandes de réclamations totalisant quelque 28 millions $ dans le cadre du projet du Rapibus, la STO a indiqué avoir déjà réglé pour environ 5,5 millions $ avec différentes entreprises.

Il reste encore neuf réclamations à régler pour un total prévu de 6,6 millions $. La STO précise qu'il n'y aura pas de dépassement budgétaire associé aux réclamations puisque ces sommes étaient prévues dans son enveloppe de contingence du projet Rapibus, dont la facture totale a atteint 239 millions $.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer