Guertin: encore bien des étapes à franchir

Les aspects financiers du projet restent inconnus du... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Les aspects financiers du projet restent inconnus du public, tout comme les échéanciers.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une étape a été franchie, mais bien d'autres sont encore à venir dans le dossier du futur aréna Guertin.

Plusieurs éléments du dossier n'ont pas été communiqués, mardi, alors que les élus devaient déterminer le site du futur domicile des Olympiques de Gatineau. Les aspects financiers du projet demeurent encore inconnus du public, tout comme les échéanciers.

La Ville de Gatineau doit encore négocier les termes de l'entente qui doit la lier à Vision multisports Outaouais (VMSO) et le plan de redéploiement des arénas reste encore à déterminer. 

Tout semble aussi indiquer que Gatineau devra se tourner vers Québec pour que le modèle de gestion qu'elle tente de mettre en place avec VMSO soit reconnu comme légal aux yeux du gouvernement.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a laissé entendre que la Ville allait devoir participer financièrement à la construction et qu'elle louerait du temps de glace.

La date du 14 février prochain semble aussi importante dans le dossier. Il s'agit de la date limite pour demander au gouvernement la présentation d'un projet de loi privé lors de la session parlementaire d'hiver. « Mais comme nous avons toujours dit, on ne s'attache à aucune date, a-t-il précisé. On veut une bonne entente bien ficelée. »

Le président de VMSO, Alain Sanscartier, a aussi indiqué qu'il fallait compter environ 36 mois pour la réalisation du projet, à partir du moment où son organisation en venait à une entente avec la Ville. VMSO qui doit bénéficier de la subvention de 26 millions $ du gouvernement du Québec devra lancer des appels d'offres pour la construction de la nouvelle infrastructure.

Moins de 2000 patineurs sur le ruisseau de la Brasserie l'hiver dernier

Les hivers se suivent, mais se ressemblent de moins en moins, si bien que la patinoire du ruisseau de la Brasserie s'est avérée bien malgré elle un échec de participation à l'hiver 2016, a révélé mardi le bilan dressé par la Ville de Gatineau.

À sa première année d'existence, en 2015, pas moins de 16 000 patineurs s'étaient rendus sur le ruisseau de la Brasserie. Les conditions climatiques difficiles de l'hiver dernier n'ont permis que 21 jours d'ouverture, dont seulement six jours de fin de semaine. Au total, ce sont 1918 patineurs qui se sont rendus sur le ruisseau en 2016.

En tenant compte des dépenses totales de 157 131 $ pour entretenir cette patinoire, cela représente un coût de 82 $ par patineur. 

La conseillère Myriam Nadeau est d'avis qu'il ne faut pas faire de « conclusions drastiques » à la suite de ce mauvais hiver.

« C'est toujours bien de se poser des questions, mais à mon avis la réflexion ne doit pas aller jusqu'à la remise en question du projet dans son ensemble, a-t-elle dit. Les changements climatiques ce sont des dérèglements et cela ne veut pas dire qu'il fera toujours plus chaud chaque hiver. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer