Le 79 Fraser «stigmatisé»

Un évaluateur devrait se prononcer sur la nouvelle... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Un évaluateur devrait se prononcer sur la nouvelle valeur de la résidence, en prenant «le stigmate» en compte.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un document déposé en Cour supérieure par le propriétaire du 79, chemin Fraser, cet été, soutient que la luxueuse résidence a perdu de la valeur en raison « des stigmates qui y sont rattachés ».

Patrick Molla et sa famille poursuivent la Ville de Gatineau pour 3,6 millions $, affirmant que les autorités municipales ont commis une erreur en lui accordant un permis de construction. La Ville a autorisé la construction de la résidence de 2,5 millions $ au mauvais endroit dans le secteur Aylmer, faisant fi de ses propres règlements d'urbanisme. Le bâtiment aurait été érigé beaucoup trop près de la rue.

Deux ans après la mise au grand jour de cette controverse, M. Molla a déposé, en juillet, une requête réamendée.

« Dans l'éventualité où la démolition du 79, Fraser, n'était pas ordonnée, il n'en demeure pas moins que cette résidence a subi une perte importante en raison des stigmates qui y sont rattachés », lit-on.

L'avocat de Patrick Molla, Me Stéphane Tremblay, a déjà soutenu que les employés du service d'urbanisme lui avaient suggéré de demander une dérogation mineure en raison « d'une erreur purement technique ». On l'aurait alors avisé qu'il pouvait poursuivre les travaux sans crainte.

De leur côté, des voisins se battent pour faire démolir le 79, Fraser. M. Molla a déposé une poursuite de 105 000 $ contre deux d'entre eux, Louis Gaudet et Ninon Martin, pour 105 000 $ (atteinte à la réputation, trouble, stress et inconvénient, dommages et perte de jouissance des lieux).

« Admettons que le juge dit que la maison reste debout et que mon client garde la maison, explique Me Tremblay, nous demanderions alors 500 000 $ à cause de la perte de la valeur, mais aussi à cause des inconvénients de toute cette affaire. »

Un évaluateur devrait se prononcer sur la nouvelle valeur de la résidence, en prenant « le stigmate » en compte.

S'il y a démolition par la Ville, M. Molla estime devoir être dédommagé pour 3,6 millions $.

Les avocats des deux parties ont assisté à une conférence de règlement à l'amiable, en juillet dernier. 

Les discussions sur le dossier demeurent confidentielles, précise Me Tremblay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer