Des assouplissements envisagés sur les permis d'affaires

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des assouplissements à la réglementation gatinoise sur les permis d'affaires doivent être envisagés, estime le maire Maxime Pedneaud-Jobin.

« On ne veut pas nuire aux citoyens juste pour nuire aux citoyens, a affirmé le maire qui s'exprimait pour la première fois dans ce dossier depuis le début de la controverse. On constate qu'il y a des gens pour qui on ne voit pas pourquoi on demande des permis d'affaires. [On envisage] des assouplissements pour des choses qui relèvent du gros bon sens, c'est clair. Mais j'ai appris une chose au municipal, c'est que c'est toujours un peu plus compliqué qu'on pense. »

La remise en question de la pertinence de la réglementation sur les permis d'affaires est le fruit d'un débat nourri depuis une semaine à Gatineau, alors qu'il a été révélé que deux conseillers, Josée Lacasse et Maxime Tremblay, avaient une compagnie dont l'adresse est à leur domicile et qu'ils n'avaient pas le permis d'affaires exigé par l'administration municipale.

On sait depuis que tous les travailleurs autonomes, même ceux qui n'ont aucune activité commerciale, doivent payer annuellement environ 200 $ pour obtenir ce permis. « Ce règlement date de 2005 et nous n'avions jamais eu de plainte à cet effet, note le maire. On n'avait jamais vu ça. »

Plutôt cette semaine, le conseiller Tremblay a confirmé qu'une présentation de la réglementation doit prochainement être faite au conseil municipal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer