Dessau repaiera Gatineau

La firme d'ingénieurs Dessau remboursera la Ville de Gatineau... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

La firme d'ingénieurs Dessau remboursera la Ville de Gatineau

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La firme d'ingénieurs Dessau s'est engagée à rembourser l'argent qu'elle a volé à la Ville de Gatineau lors des années de collusion. Elle devient ainsi la deuxième des quatre firmes ayant participé au « Code Gatineau » dans les années 2000 à se prévaloir du Programme de remboursement volontaire mis en place par le gouvernement du Québec.

L'avis d'intention a officiellement été publié mercredi sur le site Internet du Bureau de l'administrateur du programme de remboursement volontaire. La firme CIMA+ avait été la première ayant participé au « Code Gatineau » à s'inscrire au programme, le mois dernier. Les firmes Genivar et Tecsult ne se sont toujours pas inscrites. 

Contrairement à CIMA+, la firme Dessau a aussi identifié, dans son avis d'intention, une centaine de firmes avec qui elle avait des liens et dont les administrateurs, à un moment ou un autre, ont pu participer aux stratagèmes malveillants mis en place, à Gatineau ou ailleurs au Québec.

Au moins deux de ces firmes nommées par Dessau ont eu des contrats avec la Ville de Gatineau au cours des dernières années, dont une en particulier, la firme de consultants en urbanisme PLANIA. 

La présence de cette firme sur la liste remise par Dessau a une résonnance particulière à l'intérieur des murs de l'hôtel de ville de Gatineau parce qu'elle est intimement liée à d'importants dossiers, notamment le nouveau schéma d'aménagement pour lequel PLANIA a proposé différents scénarios à la Ville, ainsi que tout le réaménagement urbain dans le centre-ville. 

L'autre compagnie liée à Dessau, LVM Tech, est une firme spécialisée dans le contrôle des matériaux sur les chantiers de construction. 

Une enquête menée par la Ville de Gatineau qui aura duré deux ans et dont les conclusions ont été rendues publiques en mai dernier a cependant déterminé que Gatineau n'avait pas été victime de collusion dans l'octroi de ses contrats aux firmes de contrôle des matériaux. 

Le « Code Gatineau »

Les quatre firmes impliquées dans le « Code Gatineau » ont monopolisé 90 % du marché des contrats de génie de moins de 500 000 $ à Gatineau entre 2003 et 2009.

Les conclusions des analyses faites par les différents services municipaux de Gatineau et par la firme KPMG sont venues confirmer les propos entendus devant la Commission Charbonneau, si bien que la Ville a expédié une trentaine de mises en demeure à ces firmes et leurs administrateurs à la fin du mois de mai. Les entreprises ont jusqu'au 1er novembre prochain pour s'inscrire au Programme de remboursement volontaire.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a toujours refusé de préciser le montant volé aux Gatinois grâce au stratagème collusionnaire. Cependant, lors de la présentation d'un rapport d'analyse de la Ville de Gatineau, LeDroit avait évalué à 4 millions $ la somme payée en trop aux firmes collusionnaires. « Nos journalistes sont compétents, avait alors souligné le maire Pedneaud-Jobin. J'imagine qu'ils ne sont pas complètement dans l'erreur, mais je ne veux pas donner de chiffre. On peut parler de plusieurs millions de dollars. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer