«J'ai été négligente, c'est évident» - Josée Lacasse

La conseillère du district d'Aylmer, Josée Lacasse... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

La conseillère du district d'Aylmer, Josée Lacasse

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après plusieurs jours de controverse entourant des travaux exécutés à sa résidence personnelle sans avoir obtenu les permis nécessaires auprès de la Ville de Gatineau, la conseillère Josée Lacasse a finalement brisé le silence, au cours d'une entrevue avec LeDroit, jeudi matin.

« J'ai été négligente, c'est bien évident, admet la conseillère du secteur Aylmer. Je n'ai jamais pensé à m'assurer que l'entrepreneur avait les permis nécessaires pour faire les travaux. C'est de ma faute et je ne suis pas trop fière de ma négligence. Je peux cependant assurer que je n'avais aucune mauvaise intention. C'est essentiellement un dossier de rénovations qui a viré au cauchemar et parce que je suis une élue, ça se retourne contre moi et certains en profitent pour me salir, me rabaisser et parler de ma grosse maison. Ce n'est pas agréable à vivre. »

Mme Lacasse demeure toutefois bien ferme sur son appréciation de l'entrepreneur Plano qui était responsable des travaux d'une valeur de 120 000 $ dans sa résidence du secteur Aylmer. « Il devait s'occuper de tout, c'était un projet clé en main, explique-t-elle. Ça s'est transformé en un chantier interminable et très difficile. Alors que les travaux devaient être terminés lors de mon retour de vacances, le 15 janvier dernier, c'est plutôt un bordel total que j'ai trouvé dans ma maison en revenant. J'ai viré l'entrepreneur et j'ai refusé de payer une partie des travaux. C'est comme ça que le litige a commencé. »

Mme Lacasse accuse l'entrepreneur d'avoir profité de sa position d'élue pour la menacer de faire une sortie publique s'il n'était pas entièrement payé dans les 24 heures. « C'est là que j'ai fait appel à mes avocats pour lui envoyer une mise en demeure, explique-t-elle. Ce n'est pas acceptable de faire de telles menaces. L'entrepreneur n'aurait pas fait ça si je n'avais pas été une élue. »

La conseillère du district Aylmer dit qu'elle aime toujours son travail de politicienne, mais assure qu'elle n'a toujours pas pris de décision finale à savoir si elle sollicitera  un deuxième mandat.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer