Le conseillère Lacasse «a fait preuve de négligence», estime le maire

La conseillère du district d'Aylmer, Josée Lacasse... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

La conseillère du district d'Aylmer, Josée Lacasse

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La conseillère Josée Lacasse a «fait preuve de négligence, mais en aucun cas elle n'avait d'intentions malhonnêtes», estime le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Cette déclaration par voie de communiqué fait suite aux récentes révélations concernant des travaux à la résidence de Mme Lacasse. Cette dernière fait face à une poursuite de 129 000$ intentée par la firme PLANO Construction pour des travaux impayés à sa résidence du secteur Aylmer, évaluée à 922 500$.

Mardi, le 104,7 FM révélait que Mme Lacasse n'avait pas fait les demandes de permis nécessaires auprès de la Ville de Gatineau pour entreprendre de tels travaux. Devant cette situation, le cabinet du maire de Gatineau a voulu faire la lumière dans ce dossier avec les services municipaux. C'est la deuxième fois en quelques mois que Mme Lacasse se retrouve au centre d'une controverse pour des travaux faits à l'une de ses propriétés en contravention avec la réglementation municipale.

Le maire affirme que Mme Lacasse reconnaissait sa négligence dans ce dossier. «Nous avons aussi convenu qu'elle doit régulariser au plus vite la situation en obtenant  les permis nécessaires et en payant les amendes prévues dans un tel cas, ajoute le maire. Des réunions à cet effet sont en cours.»

Dans la mesure où Mme Lacasse a reconnu ses torts, qu'elle dit souhaiter corriger rapidement la situation, qu'elle collabore avec les services municipaux et qu'elle s'engage à faire preuve de diligence à l'avenir, d'autres actions ne sont pas nécessaires envers la conseillère, estime M. Pedneaud-Jobin.

«En tant que maire, je m'attends à ce que tous les élus aient un comportement irréprochable, a-t-il ajouté. Nous devons agir avec rigueur tout au long de notre mandat et les agissements dans le cadre de notre vie privée ne doivent pas faire exception à cette règle, en particulier quand il s'agit de réglementation municipale.»

Réagissant par la voix de son avocat, mardi, Mme Lacasse a indiqué qu'il revenait à la firme PLANO Construction d'obtenir les permis à sa place, puisque cette dernière était en voyage en Floride.

Interpellé à ce sujet, le président du comité exécutif de la Ville de Gatineau, Gilles Carpentier, a rappelé que «tout citoyen qui entreprend des projets de construction a la responsabilité d'avoir les permis adéquats et comme conseiller municipal on a une obligation qui va au-delà de ce que le bon citoyen devrait faire et on devrait se mettre à l'abri de ce genre de situation».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer