Immigration: entente entre Québec et Gatineau

Le maire de Gatineau Maxime Pedeneaud-Jobin et la... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le maire de Gatineau Maxime Pedeneaud-Jobin et la ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'inclusion, Kathleen Weil.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une entente conclue entre Gatineau et Québec permettra d'investir, d'ici le printemps prochain, 831 000 $ pour favoriser l'attraction et la rétention d'immigrants.

La ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil, était de passage à Gatineau, lundi, pour faire l'annonce en compagnie du Maxime Pedneaud-Jobin. Ce dernier a rappelé que Gatineau est « le deuxième pôle d'immigration au Québec après Montréal », mais aussi le deuxième pôle d'immigration secondaire, soit lorsque des immigrants quittent leur première ville d'adoption. 

Dans le cadre de cette entente transitoire, le programme Mobilisation-Diversité du ministère versera 125 000 $ pour aider à la mise en oeuvre du plan d'action de la Ville de Gatineau en matière de diversité culturelle.

La municipalité injecte pour sa part 428 000 $ dans son plan, tout en offrant 150 000 $ en prêts de salle ou d'équipements aux organismes d'aide aux immigrants. Un autre montant de 128 000 $ consenti par le ministère pour l'organisme Service Intégration Travail Outaouais (SITO) fait partie de l'entente qui s'échelonne du 1er janvier dernier au 31 mars 2017.

Tout cet argent servira à « rendre [les] milieux de vie encore plus accueillants et inclusifs et ainsi favoriser l'établissement durable des personnes immigrantes dans la région de l'Outaouais », a fait valoir la ministre Weil en précisant que la région, de par son histoire et sa géographie, présente déjà un « niveau de confort avec la diversité ».

La conseillère Mireille Apollon a souligné que le plan d'action municipal prévoit diverses mesures, dont l'ouverture d'un centre interculturel sur la rue Gamelin.

L'entente présentée lundi est qualifiée de transitoire, en attendant l'arrivée de la « grande réforme » qui viendra modifier le processus d'immigration au Québec. La prochaine entente ne devrait donc plus baser le traitement des demandes d'immigration selon le principe du premier arrivé, premier servi. La ministre a indiqué que le délai de traitement pourra être accéléré, par exemple pour une personne qui a déjà un emploi qui l'attend au Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer