Les Olympiques à Guertin au moins jusqu'en 2018

Le « Vieux Bob » demeure officiellement le domicile des Olympiques de Gatineau... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le « Vieux Bob » demeure officiellement le domicile des Olympiques de Gatineau pour encore au moins deux ans. L'organisation a renouvelé, mercredi, son bail de location du centre Robert-Guertin jusqu'au 31 août 2018.

Le comité exécutif de la Ville de Gatineau a accepté l'offre des Olympiques pour la reconduction du bail, dont les termes sont essentiellement les mêmes que ceux de l'ancien protocole qui venait à échéance à la fin août.

« Ce sont des discussions qui se sont étalées sur plusieurs mois, a précisé le vice-président du comité exécutif, Gilles Carpentier. C'est une étape qu'il fallait franchir. On reconnaît qu'on va devoir continuer de se parler au fur et à mesure qu'on avance. »

Le président des Olympiques, Alain Sear, confirme que les deux parties préparent déjà la prochaine prolongation du bail qui ira au-delà de 2018. Il apparaît clair que le club le plus titré de la LHJMQ n'amorcera pas sa saison 2018-2019 dans son nouveau domicile. 

Perception divergente du bail

M. Sear précise que son organisation est protégée si le centre Robert-Guertin, pour une raison ou une autre, ne devait pas survivre jusqu'à la fin du bail. « Ça dit clairement que s'il advenait quelque chose à l'aréna actuel, la Ville devra nous fournir, pour les mêmes coûts, un aréna comptant environ 3000 bancs », soutient-il. 

Le porte-parole de la Ville de Gatineau, Yves Melanson, est cependant beaucoup moins catégorique que le président des Olympiques. Il précise que l'obligation pour la Ville de fournir  un nouvel amphithéâtre aux Olympiques n'est valide qu'en cas de « désastre naturel », de « conflit de travail » ou d'« urgence nationale », une clause qui remonte au protocole signé en 1992. Un bris mécanique ou de structure qui empêcherait l'utilisation du centre Robert-Guertin ne cadre pas dans ces éléments, selon lui. 

La Ville de Gatineau ne compte toutefois pas d'autre aréna de 3000 sièges. Est-ce qu'Ottawa pourrait devenir une option ? « J'imagine qu'on se pencherait là-dessus s'il devait y avoir une urgence nationale », indique M. Melanson.

M. Carpentier s'est limité à dire que la Ville de Gatineau se gardait toutes les portes ouvertes. « On doit s'assurer d'avoir des options disponibles le cas échéant, a-t-il dit. Les options ne sont pas détaillées parce que c'est prématuré. On a une clause générale qui prévoit que les parties doivent s'entendre sur un plan de contingence. » M. Sear ne s'attend toutefois pas à des problèmes majeurs. « La Ville fait cependant la maintenance de Robert-Guertin, dit-il. Je ne crois pas qu'il y aura des problèmes, mais on ne sait jamais. La Ville et les Olympiques sont bien protégés dans cette entente. »

La Ville de Gatineau a prévu une enveloppe de 1,8 million $, depuis 2010, pour des travaux préventifs et correctifs du centre Robert-Guertin. Le solde actuel est de 735 000 $. « Il permettra d'accommoder toute problématique majeure d'ici la démolition du centre », a indiqué la porte-parole de la Ville, Cynthia Lauzon. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer