Gatineau veut des parcs sans fumée

La commission Gatineau, ville en santé souhaite aller plus loin que la nouvelle... (Mariane L. St-Gelais, Archives Le Quotidien)

Agrandir

Mariane L. St-Gelais, Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La commission Gatineau, ville en santé souhaite aller plus loin que la nouvelle loi provinciale sur l'usage du tabac dans les lieux publics et propose d'analyser la possibilité d'interdire de fumer dans tous les parcs et espaces verts municipaux.

La nouvelle loi québécoise, dont l'application est imminente, vise à interdire l'usage du tabac sur les terrasses, dans les voitures où se trouvent des enfants de moins de 16 ans, mais aussi dans les parcs, à moins de neuf mètres d'une aire de jeux pour enfants. 

Selon plusieurs élus gatinois, ce dernier article de la loi provinciale se rapproche plus du « voeu pieux » que d'un véritable règlement puisque seulement une poignée d'inspecteurs sont responsables d'appliquer la réglementation pour tout le Québec. 

« Une loi pour laquelle personne ne surveille son application, pour laquelle les gens savent qu'il n'y a pas de conséquence à ne pas la respecter, c'est à mon avis contradictoire, a lancé le président du conseil municipal, Daniel Champagne. Nous, on souhaite bonifier cette réglementation, mais encore une fois on ne nous donne pas les outils. Il faut aller chercher une bonification budgétaire de la province. »

Gatineau, ville en santé propose plutôt la mise en place d'un règlement municipal qui permettrait à la Ville d'appliquer elle même sa réglementation. Ainsi, dans un premier temps, la totalité du périmètre des parcs comprenant des structures de jeux serait des espaces sans fumée. La possibilité d'étendre la réglementation à l'ensemble des espaces verts de la Ville, avec ou sans aires de jeux, serait étudiée dans un deuxième temps. 

En suivant cette logique, un fumeur qui irait passer la journée au lac Beauchamp devrait se passer de sa cigarette tant qu'il se trouve dans le périmètre du parc. Les festivités de la Saint-Jean-Baptiste organisées au parc des Cèdres, à Aylmer, par Impératif français, deviendraient aussi sans fumée puisqu'elles ont lieu dans un parc municipal. 

Toutefois, trop d'inconnus demeurent pour permettre à la Ville d'aller de l'avant immédiatement. Gatineau peine à obtenir de l'information de Québec quant aux délais d'application de la loi provinciale et sur la possibilité d'obtenir un financement supplémentaire pour bonifier et faire appliquer la réglementation. 

Selon la conseillère Myriam Nadeau, les objectifs du gouvernement du Québec sont louables, mais les villes, dit-elle, se font mettre dans un carcan. « C'est un enjeu de santé publique, note la conseillère. Si Québec veut mettre des lois dans ce créneau là, ça doit venir avec des outils, des moyens et un dialogue avec les villes. Là, on appelle à Québec et nous n'arrivons pas à avoir toute l'information. Il y a des trous dans leur loi. On veut l'appliquer, la bonifier, jouer notre rôle de partenaire, mais nous n'arrivons pas à savoir comment. »

Devant ce constat et le manque d'informations sur les coûts pour la Ville de faire appliquer un tel règlement, les élus ont décidé de repousser à mardi prochain le vote devant avoir lieu dans ce dossier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer