Débat sur l'état des arénas municipaux

Maintenant que l'avenir des Olympiques à Gatineau se dessine un peu mieux, le... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Maintenant que l'avenir des Olympiques à Gatineau se dessine un peu mieux, le débat politique entourant le futur aréna Guertin est en train de se transporter sur le plan de reconstruction du parc d'arénas municipaux.

Un rapport produit en 2013 par la firme Planifika et présenté aux élus à huis clos en 2014, recommande la démolition de bon nombre d'arénas de Gatineau et de les remplacer par des complexes de plusieurs glaces afin de réduire les coûts d'opération pour la Ville. Le modèle a fait ses preuves à bien des endroits. 

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin souhaite d'abord négocier une entente avec Vision multisports Outaouais (VMSO), choisir le site et le nombre de glaces du futur Guertin, avant de s'attaquer de front à l'enjeu des arénas de quartier. « C'est clair que cette décision doit être la première à être prise avant d'aller plus loin », a-t-il affirmé vendredi.

Ses propos ont fait sursauter le conseiller Maxime Tremblay et le président de la commission des sports, loisirs et vie communautaire, Marc Carrière. Les deux conseillers estiment que l'étude de Planifika n'a toujours pas été rendue publique et que les élus sont maintenus dans le noir quant au plan de déploiement des arénas, qui devait être présenté l'automne dernier. 

« Qu'on nous présente les différentes options, l'état de nos arénas, qu'on précise ce qui est plus urgent, qu'on détermine si c'est un plan de cinq ans ou de dix ans, lance M. Tremblay. Nous avons une résolution qui date d'un an qui prévoit une présentation sur le déploiement des arénas à l'automne 2015. C'est grave de ne pas respecter une résolution du conseil. Il faut une présentation publique sur le plan de déploiement dès le retour des vacances. Tant que ça ne sera pas fait, je mets en garde le maire de faire des suppositions sur le déploiement de nos arénas. »

La porte-parole du maire, Laurence Gillot, a réitéré, lundi, les propos de ce dernier à ce sujet. « Le plan de déploiement des arénas communautaires est tributaire des décisions qui seront prises par le conseil concernant le projet d'amphithéâtre de 4000 places », a-t-elle précisé. 

Marc Carrière reconnaît que les fruits de l'entente avec VMSO permettront de dénouer la suite des choses pour les arénas de quartier. Mais il ne s'agit pas d'une raison valable, selon lui, pour empêcher le conseil de travailler en parallèle sur le plan de déploiement. 

« J'espère que le maire n'est pas en train de travailler là-dessus en cachette et qu'il ne prépare pas des gestes électoralistes, lance-t-il. Le conseil doit reprendre le contrôle de ce dossier. S'il le faut, j'irai chercher un mandat du conseil pour que ce dossier soit traité à ma commission. Nos jeunes, les associations de hockey mineur, les clubs de patinage artistique et de ringuette sont tous en attente de savoir ce qui se passe. Ces gens sont tous en lien avec ma commission et on n'a même pas encore pu leur présenter l'étude de Planifika. Il est impossible selon moi de prendre une décision sur le lieu et le nombre de glaces du futur Guertin sans que ce rapport et le plan de déploiement n'aient pas été présentés publiquement. »

Mme Gillot a rappelé qu'« aucune entente finale ou décision envers le plan de déploiement des arénas communautaires ne sera prise sans que le conseil ne se soit positionné par voie de résolution ». Une présentation du plan de déploiement est prévue, mais la date demeure inconnue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer