Gatineau a «lancé la serviette»

La Ville de Gatineau travestit ses propres principes dans le centre-ville en... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau travestit ses propres principes dans le centre-ville en ayant complètement abandonné la lutte aux stationnements illégaux, accuse l'activiste Bill Clennett.

« Lancer la serviette dans ce dossier est une contradiction totale avec les dispositions du Plan particulier d'urbanisme PPU et les grands principes du schéma d'aménagement, insiste M. Clennett. C'est un manque de sérieux. Des propriétaires exploitent des stationnements illégaux sous les yeux de la Ville sans être dérangés. L'administration sait où se trouvent ces stationnements et elle fait le choix de tolérer l'illégal. »

L'administration municipale avait pourtant décidé de serrer la vis aux exploitants de stationnements illégaux en 2007 et 2008. Un inspecteur avait été embauché au coût de 75 000 $ par année, incluant la location d'un véhicule, pour sillonner trois secteurs névralgiques du secteur Hull où proliféraient les stationnements illégaux. 

Le conseil municipal d'alors avait cependant décidé de mettre un terme à cet exercice, le jugeant peu efficace. La conseillère Denise Laferrière ajoute que la répression exercée par la Ville à ce moment-là a eu des effets pervers qui n'avaient pas été prévus. 

Pourtant, un rapport interne sur ces deux années d'inspection de stationnements illégaux tend à confirmer le contraire. Ce document produit en 2008 par le centre de services de Hull a été obtenu par Bill Clennett grâce à la Loi d'accès à l'information. Ce dernier entend diffuser le document sur Internet au cours des prochains jours. LeDroit a pu en obtenir une copie en primeur. 

Loin d'être inefficace, la mesure a permis de faire fermer 82 % des stationnements illégaux répertoriés au cours des deux années pendant lesquelles patrouillait cet inspecteur. Des 292 sites illégaux dénombrés, 230 ont été fermés par la municipalité. Mme Laferrière reconnaît cette statistique, mais elle précise que la Ville n'arrivait pas à faire fermer les gros stationnements illégaux, mais qu'elle s'attaquait plutôt aux petits stationnements, ceux loués par des résidents du centre-ville en quête d'un petit revenu d'appoint. De fait, des 1904 places de stationnements illégales, 1020 ont été fermées.

Expérience concluante

Malgré ces résultats, le conseil municipal n'a pas jugé bon de rendre permanent le poste d'inspecteur au stationnement illégal, tel que le recommandait le service de l'urbanisme à l'époque. Selon l'administration municipale, l'expérience s'était pourtant avérée concluante. « Le message lancé aux propriétaires en est un de vigilance exercée par la Ville, stipule le rapport. Cette vigilance doit demeurer soutenue à défaut de quoi le laisser-aller reprendra le dessus et la situation redeviendra rapidement hors de contrôle. La Ville ne peut se permettre de fermer les yeux sur le phénomène sans risquer de porter atteinte aux efforts de consolidation et d'amélioration de la trame urbaine de son secteur central. »

Depuis le 1er janvier 2009, la Ville de Gatineau accorde très peu d'attention aux stationnements illégaux sur son territoire. Elle n'intervient que si une plainte est déposée. La nouvelle stratégie municipale de gestion intégrée du stationnement, présentée en février dernier, est éloquente. « Les recours de la Ville sont limités lorsque la situation a été tolérée pendant plusieurs années, peut-on lire dans la présentation. Certains stationnements sont exploités sur des terrains vacants, en dérogation de la réglementation de zonage, mais les propriétaires paient l'amende et poursuivent leurs activités. »

Pour Bill Clennett, la situation est claire, « la Ville a baissé les bras ».

L'effet pervers de la lutte

La lutte acharnée aux stationnements illégaux dans le secteur Hull au cours des années 2007 et 2008 a eu un « effet pervers » que n'attendait pas la conseillère Denise Laferrière pour qui ce combat était une priorité. Les cibles prioritaires identifiées par la Ville dans cette lutte aux stationnements illégaux devaient être les « gros exploitants », note la conseillère. Dans les faits, par contre, l'administration municipale n'a jamais été en mesure de gagner cette bataille.  

« Les stationnements que nous réussissions à faire fermer étaient ceux de simples résidents du centre-ville qui ont un, deux ou trois espaces à leur domicile, mais qui n'ont pas d'auto, explique Mme Laferrière. Il s'agissait très souvent d'aînés et de dames âgées, veuves, qui louaient leurs espaces de stationnement pour profiter d'un petit revenu d'appoint. Ces aînés se faisaient menacer par l'inspecteur, ils avaient peur et pour éviter des problèmes, ils cessaient de louer leur espace de stationnement. C'est ça qu'on voit dans les statistiques, pas les gros exploitants illégaux. Ceux-là, nous arrivions parfois à les faire fermer, mais ça durait une journée. Le lendemain, ils recommençaient et toute la documentation pour les pincer de nouveau était à refaire. C'était ridicule. »

Mme Laferrière a proposé, à l'époque, de faire payer un permis aux résidents qui louent leur stationnement, comme cela se fait à Toronto, explique-t-elle. « Ça rend la pratique légale, ça donne des revenus à la Ville et en plus ça devient un avantage supplémentaire pour certains de venir s'établir dans le centre-ville, mais l'idée n'a jamais été retenue », soutient la conseillère. 

Souhaitant changer de stratégie, en 2009, la Ville fait parvenir à Québec une résolution demandant au gouvernement de pouvoir surtaxer chaque espace de stationnement dans son centre-ville afin de rendre ce type d'exploitation moins rentable et forcer les promoteurs à développer leurs terrains vagues. Le gouvernement a refusé. Le conseil municipal est revenu à la charge avec la même demande en 2014 et en 2015. Gatineau souhaite pouvoir s'entendre avec Québec à ce sujet au plus tard en 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer