Gatineau songe à un crédit de taxe pour les artistes

La Ville de Gatineau entend mettre le paquet pour permettre aux artistes de... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau entend mettre le paquet pour permettre aux artistes de s'installer et de s'épanouir sur son territoire au cours des prochaines années et envisage même la mise en place d'un crédit de taxe pour ceux qui auront un atelier professionnel.

Le plan d'action prévu par la Ville doit s'étendre de 2017 à 2022. Il reviendra toutefois au conseil municipal de décider jusqu'où il entend soutenir financièrement les artistes gatinois, lors de l'étude du budget 2017 qui aura lieu en novembre prochain. 

Le service des arts, de la culture et des lettres a rendu publique, mardi, une étude attendue depuis longtemps sur la situation des ateliers d'artistes sur le territoire de la Ville de Gatineau. Il en ressort deux importants constats. La majorité des artistes en arts visuels et en métiers d'art travaillent dans des ateliers situés dans leur résidence, ce qui représente un usage d'une résidence actuellement interdit par la municipalité. De cette situation découle le deuxième constat: les artistes ont tendance à quitter Gatineau pour s'établir en périphérie. 

«Comme il n'y a pas de dispositif pour accueillir les artistes ici, ils s'en vont ailleurs, dans la Petite-Nation, à Wakefield, à Chelsea ou dans le Pontiac», souligne le consultant embauché par la Ville, Yvon Leclerc. 

Modifier le zonage

Le plan d'action dont le budget qui y sera associé sera discuté lors de l'étude du budget 2017 propose de modifier le règlement de zonage pour autoriser la présence d'ateliers d'artistes dans les quartiers résidentiels. Il est aussi proposé de développer, au coût de 50 000 $ par année, un programme d'aide financière pour les artistes professionnels ayant un atelier sur le territoire de la Ville. Cette aide pourrait prendre la forme d'un crédit de taxe ou d'une subvention. 

«Les artistes sont à peu près le seul groupe de professionnels qui n'ont jamais reçu ce genre d'incitatif pour s'établir, alors que ce sont des entrepreneurs au même titre que les autres», a souligné M. Leclerc. 

En ce sens, les terrains de la rue Morin seraient réservés pour la construction d'ateliers d'artistes ainsi que d'un centre d'excellence. La Ville procéderait à un inventaire et à une analyse des édifices municipaux disponibles pouvant accueillir des initiatives de promoteurs culturels et la commission permanente sur l'habitation devrait développer des mesures favorisant la création de blocs d'habitations offrant des appartements à prix modiques réservés aux artistes professionnels. Un fonds d'immobilisation serait aussi mis en place pour la réalisation de projet artistique dans le pôle Montcalm-ruisseau de la Brasserie-Fonderie-rue Morin.

«C'est le genre de mesure qui favorise la concentration d'artistes dans un lieu et en bout de course ça devient une destination culturelle autant pour les résidents que pour les visiteurs», affirme M. Leclerc.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer