L'avenir d'AGWÀTÀ se précisera cette semaine

Contrairement à l'an dernier, le spectacle AGWÀTÀ ne... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Contrairement à l'an dernier, le spectacle AGWÀTÀ ne serait pas gratuit cet été, s'il est bel et bien de retour.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'avenir du spectacle multimédia AGWÀTÀ sur le ruisseau de la Brasserie doit se jouer cette semaine, a appris LeDroit. Une décision finale relative à l'édition 2016 de l'événement pourrait se prendre aussi rapidement que mardi.

Le vice-président de Mixmédiarts, Jacques Gédéon, a confirmé lundi que de nombreuses approches ont été faites auprès de divers commanditaires potentiels au cours des derniers mois, et que le temps eet maintenant venu pour l'organisation de faire son lit en prévision de la période estivale.

«Je suis teinté d'optimisme, a-t-il lancé. Nous avons fait plusieurs approches et nous attendons encore des réponses. Nous devons toutefois prendre une décision cette semaine, possiblement mardi, parce que nous devons commencer maintenant si nous voulons tenir l'événement cet été. Il faut faire de la publicité et mettre une équipe en place. C'est beaucoup d'organisation.»

Le directeur général de Vision centre-ville, Stefan Psenak, affirme lui aussi demeurer optimiste quant à la tenue de l'édition 2016 du spectacle multimédia qui a attiré 15 000 personnes sur les berges du ruisseau de la Brasserie à l'été 2015. «Plusieurs intervenants travaillent présentement à aider l'organisation à boucler son montage financier», dit-il. 

Selon nos informations, le principal commanditaire de la première édition, Maisons usinées Côté, ne serait pas de retour en 2016. Brookfield a pour sa part confirmé sa participation financière comme commanditaire.

Marc Godin, un des actionnaires des Brasseurs du Temps, a pour sa part confirmé une commandite de 5000$ en bière, pouvant être revendue à profit par les organisateurs d'AGWÀTÀ, et en nourriture pour les équipes techniques de Mixmédiarts. Selon M. Godin, la Ville de Gatineau, qui a déjà confirmé un financement de 75 000$ pour l'édition 2016, ne devrait pas hésiter à investir un peu plus afin d'assurer la pérennité de l'événement lors des deux ou trois premières éditions. 

«Je suis d'accord avec le message lancé par la Ville de Gatineau voulant que la communauté des affaires doive aussi se mobiliser pour qu'on puisse conserver AGWÀTÀ, mais si elle veut vraiment investir dans la revitalisation du secteur, elle ne doit pas hésiter à supporter cet événement en attendant que l'organisation soit autonome et plus solide financièrement», insiste-t-il. 

Certains conseillers municipaux ont aussi conjugué leurs efforts afin d'investir une somme supplémentaire de 10 000$ provenant de leur budget discrétionnaire.

L'édition 2016 d'AGWÀTÀ doit être payante. Les billets seraient vendus moins de 10$. L'organisation tente de boucler un budget qui pourrait atteindre plusieurs centaines de milliers de dollars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer