Les Gatinois se plaignent moins des nids-de-poule

Pour la première fois, la voirie ne se trouve pas au premier rang des sujets... (Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour la première fois, la voirie ne se trouve pas au premier rang des sujets faisant l'objet de requêtes au service 3-1-1 de la Ville de Gatineau.

Encore plus frappant: le nombre de requêtes pour des nids-de-poule a fondu de moitié en une seule année, passant de 5803 en 2014 à 2340 en 2015.

«Cette chute-là est directement reliée à nos travaux sur les nids-de-poule, a affirmé le maire Maxime Pedneaud-Jobin. On sait qu'on a gagné des prix (UMQ) pour ça parce qu'on agit mieux et de façon plus efficace. On ne gère plus selon le premier arrivé, le premier servi. Quand nos équipes entrent dans un quartier, non seulement ils auront réparé les nids-de-poule, mais ils auront fait de la prévention. C'est un indicateur d'une organisation qui s'est remise en question et qui est maintenant beaucoup plus performante et il faut pousser ça encore plus loin.» 

C'est la gestion des matières résiduelles qui a supplanté la voirie au premier rang des services concernés par des requêtes au 3-1-1 en 2015. Un appel sur cinq était à ce sujet.

La voirie vient en deuxième position avec 16% des appels. Ce service a fait l'objet de près du quart des appels au 3-1-1 en 2014.

Dans l'ensemble, le nombre d'appels au 3-1-1 est passé de 286 056 en 2014 à 269 821 en 2015. Du nombre, 81 702 se sont transformés en requêtes officielles, moins que les 85 906 l'année précédente.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer