Pedneaud-Jobin reçoit l'appui unanime de son parti

Le maire et chef du parti Action Gatineau,... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire et chef du parti Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au dévoilement des résultats, on parlait à la blague d'un score «à l'Union soviétique» lors du vote de confiance à l'endroit du chef d'Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Les 71 membres du parti réunis lundi soir lui ont accordé un appui unanime. En fait, une seule personne n'a pas donné son appui au chef, et c'est le chef lui-même, puisqu'il s'est abstenu lors du vote.

«On est quand même un parti jeune, c'est un premier mandat. On vient à peine de traverser la mi-mandat, donc, je ne suis pas étonné d'un appui important comme ça», affirmait M. Pedneaud-Jobin à la fin de l'assemblée.

Cependant, ces 71 membres ne composent qu'un maigre 4,6% des 1551 membres en bonne et due forme d'Action Gatineau. Aux yeux de M. Pedneaud-Jobin, ça demeure «énorme» comme participation. «J'étais vraiment content, on s'attendait à 30 ou 35 personnes et on a eu presque le double. Vous savez, quand ça va bien, quand il n'y a pas vraiment d'opposition à l'intérieur qui se mobilise, la participation n'est pas aussi forte.»

Le président d'Action Gatineau, Donald Roy, souligne que le taux de participation à l'assemblée de lundi soir est comparable à ce qu'il a observé lors d'expériences semblables avec des partis politiques provinciaux ou fédéraux.

«Dans un parti, il y a plusieurs types de membres. On a les membres militants, ce sont ceux qui étaient ici ce soir. On a ceux qui s'impliquent au moment de l'élection et ceux qui viennent juste au congrès. À notre congrès, on devrait avoir pas mal plus de monde, entre 200 et 300.»

Place aux observateurs

Environ une dizaine d'observateurs sont venus gonfler les rangs des 71 membres d'Action Gatineau lundi soir au Centre des aînés de Gatineau. Le conseiller Mike Duggan, membre du Regroupement des élus municipaux indépendants (RÉMI), était du nombre.

Mike Duggan ne cache pas que plusieurs des... (Martin Roy, Archives LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Mike Duggan ne cache pas que plusieurs des valeurs prônées par Action Gatineau le rejoignent personnellement, mais il ne se dit pas prêt à sacrifier son indépendance. Il ne ferme toutefois pas complètement la porte à l'idée de joindre l'équipe de Maxime Pedneaud-Jobin.

Martin Roy, Archives LeDroit

Au terme de l'assemblée générale, l'élu du district de Lucerne a eu de bons mots pour Action Gatineau. M. Duggan reste inquiet de voir le parti se diviser et s'éloigner de ses valeurs au cours des prochaines années, mais pour l'instant, il estime qu'Action Gatineau incarne ce qu'il y a de mieux dans les partis politiques.

«J'ai vu beaucoup de structures dans d'autres villes dans mon travail avec le RÉMI. Le parti ici, c'est vraiment la bonne approche pour un parti municipal. Ailleurs, on voit que c'est souvent un culte de la personnalité autour du chef. Ici, ce sont vraiment des citoyens engagés.»

Mike Duggan ne cache pas que plusieurs des valeurs prônées par Action Gatineau le rejoignent personnellement, mais il ne se dit pas prêt à sacrifier son indépendance. Il ne ferme toutefois pas complètement la porte à l'idée de joindre l'équipe de Maxime Pedneaud-Jobin. Cependant, dit-il, ça se réaliserait seulement si certains scénarios bien précis se concrétisent d'ici l'élection.

«Il faut que je garde l'esprit ouvert. Si ça devient la meilleure option pour mes concitoyens, je vais y réfléchir. [...] On travaille tous pour le bien-être des Gatinois, je suis prêt à appuyer n'importe quel bon candidat, qu'il soit du parti ou non», soutient M. Duggan. 

Par exemple, le départ de son collègue du secteur Aylmer, Richard Bégin, serait une perte pour Gatineau, soutient le conseiller de Lucerne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer