Action Gatineau a failli refuser un projet d'hôtel

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les élus d'Action Gatineau ont été complètement isolés par leurs collègues indépendants, mardi, autour de la table du conseil, lors d'un vote concernant la construction d'un hôtel de 125 chambres dans le secteur de la Cité. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin et les élus de son parti étaient prêts à risquer de perdre un investissement privé de 18 millions $ pour ne pas déroger de la réglementation concernant le nombre de cases de stationnement de surface autorisées dans ce secteur.

Le promoteur Jacques Bélanger, qui est aussi le propriétaire du Top Karting, dans le secteur Hull, souhaite construire, à temps pour les festivités de 2017, un hôtel de six étages au 11, impasse de la Gare-Talon, à un jet de pierre du Centre sportif et de la Maison de la culture. Les services municipaux, de concert avec le Comité consultatif d'urbanisme (CCU), ont accepté de déroger du zonage à cet endroit afin de faire passer la hauteur maximale permise de trois à six étages. 

Le promoteur demandait aussi la possibilité d'aménager 125 cases de stationnement de surface, alors que le zonage ne permet que 62 cases à cet endroit. L'administration a accepté cette demande et en a recommandé l'adoption au conseil, mais le CCU l'a rejeté. 

Le président du CCU, Richard Bégin, le maire Pedneaud-Jobin et les autres élus d'Action Gatineau se sont opposés à autant de cases de stationnement en surface et ont plutôt proposé que la moitié des cases soient aménagées en stationnement étagé ou sous-terrain, ce qui aurait représenté un investissement supplémentaire de 2,4 millions $ pour le promoteur.

«On est en train de dire à un promoteur qui a un projet d'investissement de 18 millions $ d'en dépenser 2,4 millions $ de plus pour aménager une soixantaine de cases de stationnement, a dénoncé le conseiller Gilles Carpentier. Être ce promoteur, moi, je prends mes affaires et je vais investir ailleurs.»

Le maire Pedneaud-Jobin a rappelé que le schéma d'aménagement prévoit une densification domiciliaire et commerciale le long du corridor du Rapibus et qu'en ce sens, utiliser autant d'espace pour aménager un stationnement à cet endroit est une mauvaise décision. «S'il y a un endroit où nous devons bien utiliser le sol, c'est bien là et selon moi, utiliser ce sol pour un stationnement de surface, à un endroit où on veut de la densification c'est une erreur», a-t-il lancé. 

Sur ce dernier élément, le promoteur est clair. Il lui était impossible, à l'intérieur de son plan d'affaires, d'aménager un stationnement sous terrain ou étagé. Le Hilton du Casino du Lac-Leamy, en offrant des chambres en bas du prix généralement demandé pour un hôtel cinq étoiles, affirme M. Bélanger, met de la pression sur tous les autres établissements hôteliers. M'obliger à faire un stationnement sous-terrain aurait provoqué un coût par chambre beaucoup trop élevé pour un hôtel comme celui que je veux construire.»

Le conseil a majoritairement donné son aval au projet, avec 125 cases de stationnement de surface. La construction devrait débuter au plus tard en septembre prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer