L'urbanisme passe à «l'approche client»

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a abattu l'une des cartes... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a abattu l'une des cartes maîtresses de son mandat, mardi, en annonçant une restructuration en profondeur au service de l'urbanisme qui permettra la mise en place de la fameuse «approche client» revendiquée par les entrepreneurs depuis plusieurs années.

L'époque où les citoyens et les promoteurs devaient s'ajuster au fonctionnement du service de l'urbanisme tirerait donc à sa fin. 

«Là, c'est nous qui allons nous adapter aux besoins de la communauté», a lancé M. Pedneaud-Jobin. 

Le maire ajoute qu'il s'agit de la «dernière grande décision» dans le cadre de la réforme en urbanisme. 

«C'est la plus grande réorganisation à la Ville depuis la fusion municipale, ajoute-t-il. L'ensemble de l'oeuvre en matière d'urbanisme, quand on fera le bilan du mandat, aura été l'un des très grands chantiers.»

Le conseiller Maxime Tremblay a pour sa part voulu souligner le leadership de la directrice générale, Marie-Hélène Lajoie, dans le dossier de l'urbanisme. C'est elle, dit-il, qui a proposé un changement de culture à l'urbanisme lors de la crise entourant le 79, rue Fraser.

La nouvelle structure organisationnelle du service doit être pleinement opérationnelle dès l'automne 2016. Les services et les façons de les donner seront adaptés aux différentes clientèles, à savoir les citoyens, les commerçants et les promoteurs immobiliers.

Nouvelle structure

Les employés du service de l'urbanisme seront dorénavant divisés en différentes équipes qui seront directement responsables de faire cheminer les dossiers à l'intérieur de l'organisation.

À titre d'exemple, les grands promoteurs immobiliers auront une équipe spécifiquement dédiée à leurs différents projets. 

En ce sens, la Ville vient répondre en grande partie favorablement à une demande précise faite par le promoteur Gilles Desjardins. Les suivis des dossiers seront assurés par une personne attitrée aux demandes et un dossier par entrepreneur sera créé.

«J'aime l'idée du compte-client, a lancé le maire pour résumer la nouvelle approche du service d'urbanisme. Avoir une personne responsable par dossier, un chargé de projet, ça permettra d'avoir un portrait plus clair que d'avoir différents employés qui travaillent sur le même projet, mais à des moments différents.»

«Simplification d'action»

Le président du comité consultatif d'urbanisme (CCU), Richard Bégin, est convaincu que les citoyens y verront une «simplification d'accès» et qu'il sera «plus sécurisant» pour eux si une seule personne-ressource les accompagne aux différentes étapes de leur projet.

«Ça va certainement demander un effort de la part des employés, il y aura une période d'adaptation, mais quand c'est bien fait et que c'est fait de manière graduelle, ça se passe généralement très bien», note-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer