Bientôt des ruches urbaines à Gatineau?

Le président d'Apiculture Gatineau, Daniel Hamelin, accompagné de... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le président d'Apiculture Gatineau, Daniel Hamelin, accompagné de Claude Sirois, cofondateur de la Coopérative de solidarité de la Ferme Moore

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le projet d'apiculture urbaine butine de plus en plus. L'organisme Apiculture Gatineau a été officiellement lancé mardi soir et son objectif est de sensibiliser la population tout en mettant l'accent sur la promotion de l'élevage des abeilles en ville.

Un projet de rucher est en branle à la Ferme Moore dans le but d'aider à établir les bases du futur règlement permettant l'agriculture urbaine à Gatineau. La Ferme Moore servira de vitrine à l'organisme tant au niveau éducatif qu'en matière de production et de recherche.

«On propose à la Ville de travailler en collaboration dans le cadre du programme d'agriculture urbaine et, par exemple, de partir des projets pilotes de ruchers collectifs», explique Daniel Hamelin, cofondateur et président d'Apiculture Gatineau fondé en novembre dernier.

Malgré que le règlement municipal interdise la présence de ruches en ville, un changement de zonage a été accordé à la ferme du secteur Hull. L'apiculture en milieu urbain s'intègre au projet d'agriculture urbaine que le Ville tente de développer. 

«En 2017, on compte permettre aux citoyens de faire des projets pilotes qui vont nous permettre de cibler où sont les problématiques et de les corriger si c'est le cas. On veut aussi voir ce qui se fait ailleurs. Par exemple, à Montréal il y a des ruches sur le toit des écoles. Je pense que la Ville de Gatineau est rendue là», soutient la conseillère Louise Boudrias, responsable du dossier d'agriculture urbaine.

La Ville compte travailler en collaboration avec des apiculteurs afin de bénéficier de leurs connaissances. On dénombre au moins cinq apiculteurs urbains à Gatineau, soutient la conseillère.

Abeilles et guêpes

Une ruche peut compter en moyenne 50 000 abeilles, mais il n'y a pas lieu de s'inquiéter si le décor urbain voit apparaître des ruches. Les insectes ne vont pas tous à l'extérieur de la ruche en même temps et quand ils le font c'est pour butiner les fleurs, explique M. Hamelin. Apiculture Gatineau veut faire tomber les craintes souvent ressenties par la population à l'égard des abeilles.

«Les gens confondent souvent abeilles et guêpes, soutient l'apiculteur urbain. Les abeilles ne sont pas agressives on peut s'approcher très près d'une ruche sans problème, mais oui elles peuvent se défendre.»

Afin de faire découvrir l'apiculture, le public est invité à célébrer la Journée de l'abeille le samedi 28 mai prochain à la Ferme Moore où il sera possible d'observer le rucher qui sera officiellement inauguré. Il comptera 24 ruches d'ici l'an prochain et donnera la chance de goûter au miel local lorsque la production sera suffisante.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer