Gatineau veut ralentir les conducteurs au pied pesant

Pour les zones où la limite de vitesse... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Pour les zones où la limite de vitesse est de 40 km/h, le seuil de vitesse permettant l'ajout de mesure d'atténuation de vitesse passera de 65 à 60 km/h.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau fera la vie plus dure aux conducteurs ayant le pied pesant, en resserrant les critères permettant de doter une rue de mesures d'atténuation de vitesse.

Les élus se sont prononcés en majorité pour des modifications aux seuils de vitesse acceptés dans les zones où la limite est de 30 ou 40 km/h.

Auparavant, il fallait qu'au moins 15% des automobilistes circulent à plus de 50 km/h dans une zone de 30 km/h pour qu'une mesure d'atténuation de vitesse soit recommandée. Les élus ont choisi d'abaisser ce seuil à 45 km/h, de sorte que sur l'ensemble du territoire gatinois, huit nouvelles zones se qualifient en fonction de ce nouveau critère.

Pour les zones où la limite de vitesse est de 40 km/h, le seuil de vitesse permettant l'ajout de mesure d'atténuation de vitesse passera de 65 à 60 km/h. Cinq artères de plus seront donc qualifiées pour l'installation de mesures visant à faire ralentir les conducteurs.

Les conseillers Gilles Carpentier et Sylvie Goneau auraient quant à eux préféré que les seuils soient davantage abaissés. La commission de la sécurité publique sera toutefois chargée de se pencher sur la possibilité d'apporter des modifications supplémentaires à la politique sur la modération de la circulation, tandis que les fonctionnaires devront en expliquer les éventuelles répercussions budgétaires.

Tout en soulignant que la vitesse dans les quartiers est «un enjeu de qualité de vie», le maire Maxime Pedneaud-Jobin a noté qu'il y a rarement une adéquation entre les données utilisées par les services municipaux et l'inquiétude que peuvent avoir les citoyens. «C'est pour ça qu'il faut trouver une façon de gérer ça, on va faire une réflexion pour pousser un peu plus loin les outils», a-t-il mentionné.

Jusqu'à 10 sites concernés

En fonction de l'enveloppe budgétaire qui sera octroyée pour 2017, jusqu'à 10 sites pourraient voir apparaître des mesures permanentes d'atténuation de vitesse. Il pourrait s'agir, par exemple, d'avancées de trottoir, de dos d'âne allongés ou d'intersections surélevées. Les artères concernées sont De Honfleur, D'Amour, Lakeview, Broad, Saint-René Est, Atholl-Doune, Des Manoirs, Morley-Walters, Eardley et Neuville. Dans la totalité des cas, il s'agit de zones où la limite de vitesse est fixée à 30 km/h.

En fonction des nouveaux critères d'admissibilité, il restera 11 sites qualifiés qui devront attendre leur tour afin d'être équipés de mesures permanentes visant à faire ralentir les conducteurs dans les quartiers.

Gatineau poursuivra par ailleurs l'installation de nouvelles balises de ralentissement sur la ligne médiane de certaines artères, une mesure utilisée uniquement en dehors de la saison hivernale. Ces balises seront parfois accompagnées de petits poteaux (appelés bollards), chaque côté de la rue, afin de forcer les automobilistes à ralentir. Depuis 2014, plus de 137 balises ont été installées. En 2016, quelque 90 balises et 50 bollards seront ajoutés sur le territoire municipal. Selon les données présentées mardi aux élus, les balises permettent de diminuer la vitesse moyenne de 6 km/h. Avec l'ajout de bollards, une baisse supplémentaire moyenne de 10 km/h est observée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer