Le grand saut de Sylvie Goneau

La conseillère Sylvie Goneau a voulu se lancer... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La conseillère Sylvie Goneau a voulu se lancer plus tôt dans la course pour permettre aux électeurs d'en apprendre plus sur la personne derrière la politicienne.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La conseillère du district de Bellevue, Sylvie Goneau, a annoncé samedi qu'elle sera candidate à la mairie de Gatineau en 2017.

Un an et demi avant l'élection, Mme Goneau a choisi d'afficher ses couleurs et d'exprimer clairement ses ambitions. L'annonce est venue au terme d'une conférence au Salon de la femme de l'Outaouais, samedi midi.

Pendant près de 30 minutes, l'élue municipale a raconté son parcours en politique pour inciter les femmes à «prendre leur place à la table», que ce soit d'un conseil municipal ou d'un conseil d'administration. «Avec le désir de servir ma communauté, avec l'expérience dans ma ceinture, j'ai choisi ma place à la table. Je serai candidate à la mairie de Gatineau», a annoncé Sylvie Goneau en conclusion de son discours.

En entrevue avec LeDroit, la principale intéressée a expliqué avoir choisi de se lancer tôt dans la course afin de donner une chance aux Gatinois d'apprendre à mieux la connaître.

«On est habitué de prendre des décisions par rapport à une plateforme électorale, mais on ne saisit jamais l'opportunité d'apprendre c'est qui la personne derrière le politicien, c'est quoi ses valeurs. [...] La plateforme va suivre par la suite.»

Pour l'instant et avant d'établir ses priorités pour la municipalité, Mme Goneau veut démontrer le type de leadership qu'elle sera en mesure d'apporter à la Ville de Gatineau. 

Sans surprise, elle n'est pas friande du style du maire actuel, Maxime Pedneaud-Jobin. «Ce que je veux amener, c'est une différente façon de travailler, plus rassembleuse, avec une écoute. La clé du succès, c'est de demeurer soi-même, de travailler honnêtement, d'être intègre, rassembleur. Tout ça, jumelé à une vision. C'est un travail d'équipe.»

Rien à voir avec le RÉMI

Fondatrice du Regroupement des élus municipaux indépendants (RÉMI), Sylvie Goneau affirme que sa candidature à la mairie n'est pas une contradiction avec la position affichée par le RÉMI en commission parlementaire à Québec en février dernier.

Elle avait alors soutenu «qu'à plus long terme, le RÉMI pour la démocratie recommande de réviser complètement le mode de désignation des maires, afin de transformer la désignation au suffrage universel par une élection par les pairs».

Samedi, la candidate à la mairie affirme plutôt que cette position n'était pas une recommandation officielle du RÉMI et qu'il s'agissait plutôt «d'un exemple de problématique de gouvernance».

Par ailleurs, l'élue gatinoise mentionne que le RÉMI est une initiative parallèle à sa candidature à la mairie. 

Elle poursuivra les démarches pour que les candidats indépendants aient droit aux mêmes règles de financement que les partis politiques, entre autres.

Des collègues peu surpris

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, n'était pas disponible pour une entrevue, samedi, afin de réagir à l'annonce de la conseillère de Bellevue.

Il a toutefois envoyé un gazouillis pour souhaiter bonne chance à son adversaire politique.

Selon toute vraisemblance, il sera sur les rangs pour croiser le fer avec Mme Goneau durant l'élection de 2017.

Le conseiller d'Action Gatineau, Cédric Tessier, a de son côté réagi en affirmant que personne ne sera tombé en bas de sa chaise en apprenant que Sylvie Goneau se lance dans la course à la mairie. «Je suis surpris qu'elle le fasse aujourd'hui, un samedi, un an et demi avant l'élection. Mais tout le monde qui suit la politique municipale à Gatineau sait que Mme Goneau a un intérêt pour la mairie.»

Allié récurrent de Sylvie Goneau (notamment au RÉMI), le conseiller de Lucerne, Mike Duggan, s'est aussi dit peu surpris par la décision. M. Duggan, pour l'instant, n'accorde toutefois pas son appui à la conseillère de Bellevue. Il préfère attendre de voir la liste complète des candidats avant d'annoncer sa préférence. Les conseillers Jocelyn Blondin et Jean-François LeBlanc ont tenu un discours semblable samedi. 

Le conseiller de Masson-Angers, Marc Carrière, affirme quant à lui qu'il s'agit «d'une bonne candidature», mais il n'appuiera pas Mme Goneau. Au fait, M. Carrière dit qu'il n'appuiera aucun candidat, même s'il favorise un indépendant face à un membre de parti politique.

À l'annonce de la candidature de Sylvie Goneau, Mike Duggan a cru bon réitérer ses propos des dernières semaines et insister pour que le conseil travaille d'une façon plus constructive d'ici l'élection de 2017 afin de boucler des dossiers importants pour Gatineau.

Le conseiller Tessier abonde dans le même sens, mais il ne prévoit pas que les relations entre les élus s'enveniment davantage en raison de cette annonce.

«Ça vient clarifier la situation, alors je ne pense pas que ça va empirer à la table du conseil.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer