Salaires, vacances et nouveaux postes pour les cols bleus

Les cols bleus de Gatineau ont accepté dans... (Archives LeDroit)

Agrandir

Les cols bleus de Gatineau ont accepté dans une proportion de 93% l'entente de principe.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des augmentations salariales totalisant 13% jusqu'en 2018, un meilleur régime de vacances et la création de 47 nouveaux postes à temps plein sont au nombre des «gains» qu'estime avoir faits le syndicat des cols bleus de Gatineau, dont les membres viennent d'accepter à 93% la nouvelle convention collective.

Le président du syndicat des cols bleus, Denis... (Etienne Ranger, Archives LeDroit) - image 1.0

Agrandir

Le président du syndicat des cols bleus, Denis Savard

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Même si le maire Maxime Pedneaud-Jobin a répété à plusieurs reprises au cours des dernières années vouloir mettre fin à la spirale inflationniste des salaires à Gatineau, les hausses de la rémunération consenties aux cols bleus dans la nouvelle convention collective seront plus importantes que lors du précédent contrat de travail. 

Le président du syndicat des cols bleus, Denis Savard, a précisé au Droit que les années 2013 et 2014 feront l'objet d'une hausse salariale de 2,5%, alors que les années 2015 à 2018 verront l'augmentation plafonnée à 2% pour chaque année. Le dernier contrat de travail offrait des augmentations de salaires variant entre 1,2% et 2%. 

Les cols bleus profiteront aussi d'un régime de vacances amélioré. Les travailleurs profiteront d'une septième semaine de vacances après 27 ans de service, au lieu de 30 ans, comme c'était le cas dans l'ancienne convention. Les travailleurs qui auront deux ans de service pourront profiter d'une troisième semaine de vacances par année, contrairement à l'ancien contrat de travail qui prévoyait cette semaine de vacances supplémentaire après trois ans de service. 

M. Savard ajoute que 47 postes de cols bleus à temps plein viendront s'ajouter à la signature de la convention collective. «Ce sont en grande majorité des travailleurs temporaires qui travaillaient déjà à longueur d'année, explique le président du syndicat. Ça ne fait que régulariser leur situation.»

Ces nouveaux postes seront affectés à l'entretien de la chaussée, la réfection des trottoirs, et à l'entretien des parcs.

Des aménagements au régime de retraite doivent permettre à la Ville de Gatineau de dégager 1,5 million $ par année, selon M. Savard. Ainsi, à la fin de la convention collective, ce seront 9 millions $ qui auront été économisés par la Ville. D'importants aménagements ont aussi été faits dans les horaires des travailleurs affectés aux équipes de déneigement de la Ville. Cela permettra à la Ville d'économiser sur le temps supplémentaire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer