Frais de croissance: un débat sans gagnant

Le vote très attendu sur la résolution du conseiller Jocelyn Blondin qui... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le vote très attendu sur la résolution du conseiller Jocelyn Blondin qui reprochait au maire d'avoir fait fi de l'opinion du conseil municipal en allant défendre l'imposition des frais de croissance aux institutions publiques en commission parlementaire à Québec n'aura finalement pas fait de gagnant.

Le débat a donné lieu à de nombreux accrochages entre plusieurs conseillers forçant le président du conseil, Daniel Champagne, à rappeler ses collègues à l'ordre à de nombreuses reprises, notamment le maire Maxime Pedneaud-Jobin. 

Au terme de cette joute verbale, la résolution de M. Blondin avait perdu beaucoup de son mordant. Un amendement amené par le conseiller Denis Tassé et adopté par une maigre majorité a évacué complètement la notion des frais de croissance de la résolution originale pour ne laisser qu'un blâme envers le maire pour ne pas avoir consulté son conseil avant de se prononcer, à l'intérieur du même mémoire, sur la question des fonds de recherche aux élus. 

«Sur la forme, j'étais contre, a indiqué M. Tassé. Le maire a présenté un mémoire pour lequel il n'a pas demandé l'avis du conseil. Sur le fond, je crois que la question des frais de croissance est extrêmement importante pour Gatineau.» Ce débat n'a pas été futile, a ajouté M. Tassé. Selon lui, il aura permis de dire au maire que nous ne sommes vraiment pas satisfaits de la façon dont il a fait les choses.

«Pour moi, c'est une demi-victoire, a indiqué M. Blondin. À titre de conseiller municipal, je vais quand même envoyer une lettre aux membres de la commission parlementaire disant que je ne suis pas d'accord avec les propos du maire.»

Le maire Pedneaud-Jobin y a plutôt vu un vote favorable en sa faveur concernant les frais de croissance. «C'est ce qui était important pour moi, a-t-il dit. Dans un monde idéal, j'aurais fait appuyer le mémoire par le conseil.»

Crédibilité entachée

Le conseiller Richard Bégin est sorti déçu du débat sur cette question de forme, beaucoup plus que de fond. «Ce débat n'aide pas Gatineau, il a nui à notre crédibilité à l'échelle du Québec, a-t-il affirmé. Je ne trouve pas que c'est sain. Nous sommes la 4e ville en importance au Québec. On devrait avoir un certain décorum. Nous avons raté notre coup.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer