Cure de rajeunissement de 708 000 $ dans les Hautes-Plaines

La conseillère Mireille Apollon, la directrice de l'Académie... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

La conseillère Mireille Apollon, la directrice de l'Académie des retraités et le maire Maxime Pedneaud-Jobin ont inauguré le nouveau centre communautaire des Hautes-Plaines.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Zumba était à l'horaire, jeudi, au centre communautaire des Hautes-Plaines. Les aînés du quartier débarquaient par dizaines. Plusieurs ont pu croiser le maire de Gatineau avant d'enfiler leurs espadrilles. Évidemment, Maxime Pedneaud-Jobin n'était pas là pour la Zumba, mais plutôt pour inaugurer l'immeuble qui vient de faire l'objet d'une cure de rajeunissement de 708 000 $.

La superficie du centre communautaire a doublé pour atteindre 300 mètres carrés grâce à cet investissement municipal. Les organisations qui fréquentent le centre ont maintenant accès à une salle multifonctionnelle, deux salles polyvalentes, un bureau administratif et une cuisine complète. 

«L'agrandissement du centre communautaire dynamisera certainement le quartier, a indiqué la directrice de l'Académie des retraités de l'Outaouais, France Caouette. L'ajout de différentes salles nous permettra de tenir encore plus d'activités. Ça répond aux besoins exprimés par plusieurs utilisateurs.»

La conseillère du quartier, Mireille Appolon, souligne que le centre construit en 1998 commençait à montrer des signes de détérioration. Les travaux amorcés en 2014 ont permis de préserver et bonifier ce qui fait maintenant partie du patrimoine bâti du quartier, a ajouté le maire.

Un produit du fonds des communautés

Les rénovations au centre communautaire des Hautes-Plaines ont été en grande partie financées par le controversé fonds des communautés, cette enveloppe d'une dizaine de millions de dollars que s'étaient partagés élus pour faire des projets dans leur quartier lors du dernier mandat de Marc Bureau. 

M. Pedneaud-Jobin a été l'un des plus grands pourfendeurs de cette façon de faire, qui a tout de même permis de couper un ruban et faire des gens heureux, jeudi midi. «Je n'ai jamais dénoncé les projets, a-t-il insisté. Ils étaient importants. Les projets de centres communautaires comme celui-là, c'est ce qu'on voulait, mais ils ont été faits avec une enveloppe que les élus se sont partagée entre eux. Ça, c'était de la mauvaise gestion. Il ne faut plus jamais qu'on refasse ça.»

Le maire assure que ce projet aurait pu voir le jour à l'intérieur des mêmes échéanciers sans le fonds des communautés. «Ce que les élus font maintenant, c'est de prendre des décisions ensemble en fonction de l'intérêt général, mais dans le respect des réalités locales, affirme le maire. Selon lui, le fonds des communautés a été «une façon de contourner le système municipal normal, plutôt que de le changer et d'inclure les besoins locaux dans notre planification stratégique».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer