Les coops d'habitation pourraient revenir en force

En faisant le ménage de son portefeuille immobilier,... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

En faisant le ménage de son portefeuille immobilier, Gatineau pourrait créer une banque de terrains spécifiquement identifiés pour accueillir du logement abordable, note la conseillère Myriam Nadeau.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les étoiles seraient-elles sur le point de l'aligner pour un retour en force du modèle des coopératives d'habitation à Gatineau? Une bonne partie de la réponse sera connue le 22 mars prochain, lorsque le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, présentera son premier budget.

Si le gouvernement Trudeau livre ce qu'il a promis, une manne attendue depuis longtemps viendra dynamiser la construction de logements abordables, et de futures coopératives pourraient avoir l'occasion de tirer leur épingle du jeu. 

Les libéraux ont promis un plan d'investissements de 20 milliards $ en 10 ans pour des «infrastructures sociales» et des incitatifs fiscaux de 125 millions $ pour augmenter l'offre de logements locatifs abordables. Le plan du gouvernement Trudeau comprendrait diverses mesures visant les coopératives et le logement social. En campagne électorale, le député de Hull-Aylmer, Greg Fergus, a évoqué la somme de 10 à 12 millions $ par année qui serait injectée à Gatineau. 

Parallèlement aux généreuses promesses libérales, la Ville de Gatineau a entrepris, il y a un peu plus d'un an, le ménage de son portefeuille immobilier, un exercice négligé depuis la fusion municipale en 2002. L'opération a déjà mené à la vente de 10 terrains par la Ville, des transactions qui ont rapporté 832 000$ en 2015. 

Mais plus encore, l'exercice permettra au conseil actuel de livrer une promesse non tenue de l'ancienne administration: la création d'une banque de terrains spécifiquement identifiés pour accueillir du logement abordable, note la conseillère municipale et présidente de la commission sur l'habitation, Myriam Nadeau. 

Le programme d'Action Gatineau proposait de mettre en place des outils pour favoriser l'émergence de nouvelles coopératives d'habitation comme modèle de logement abordable sur le territoire de la Ville. 

Le programme du conseil adopté par les élus en début de mandat n'est pas aussi clair, mais il prévoit plus d'efforts en matière de logement abordable ainsi que l'utilisation de l'économie sociale comme levier de développement économique.

«Dans la révision de nos actifs fonciers, nous pourrions mettre des critères permettant d'identifier des terrains à réserver pour des coopératives d'habitation, explique Mme Nadeau. Ça pourrait se faire. On aura cette discussion-là. Il faut cependant que le milieu coopératif nous démontre qu'il est mobilisé.» 

La conseillère ajoute que la stratégie ne doit cependant pas nuire à des organismes à but non lucratif (OBNL) d'habitation qui seraient prêts à réaliser des projets plus rapidement. Ainsi, précise-t-elle, la stratégie n'est pas de favoriser un modèle au détriment de l'autre, mais d'agir comme levier pour tout le secteur du logement abordable.

Mobilisation en cours

Le directeur de la Coopérative de développement régional (CDR) Outaouais, Patrick Duguay, affirme que le milieu coopératif est déjà en train de se mobiliser à Gatineau.

«Il y a des projets en cours d'élaboration actuellement et la Ville de Gatineau risque d'être interpellée, dit-il. Il y a une ouverture de la Ville, surtout qu'elle travaille actuellement à faire l'inventaire de ses terrains. Tout le monde a en tête un certain nombre de terrains pour lesquels la Ville devra prendre des décisions. Comme partout ailleurs, nous avons une problématique de logement qui perdure à Gatineau.»

La directrice du Regroupement des OSBL d'habitation avec soutien communautaire de l'Outaouais (ROHSCO), Stéphanie Rajotte, pense que si le gouvernement fédéral décide de favoriser les coopératives, cela pourrait avoir un impact facilitant pour ce modèle qui répond à un besoin dans la population.

«Le milieu coopératif va de mieux en mieux, dit-elle. La CDR qui ne touchait pas à l'habitation commence à s'y intéresser et cela pourrait changer la donne de manière significative. Le manque de structure d'accompagnement a mené à certaines difficultés pour le milieu coopératif dans l'habitation au cours des dernières années.»

La création d'une banque de terrains saluée par le milieu

Le milieu de l'habitation communautaire salue l'exercice lancé il y a un an par la Ville de Gatineau devant permettre la création d'une banque de terrains municipaux réservés à la construction de logements sociaux, communautaires, coopératifs et abordables.

«Ça fait quelques années que la Ville promet de se doter d'une telle banque de terrains à la disposition des OSBL, mais ça n'avait pas encore été fait, note la directrice du Regroupement des OSBL d'habitation avec soutien communautaire de l'Outaouais (ROHSCO), Stéphanie Rajotte. L'accès difficile aux terrains était de loin le frein numéro un à plusieurs projets et c'est encore le cas. La révision faite par la Ville va sans aucun doute nous aider grandement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer