Hamelin n'est pas en «conflit de rôles»

Claude Hamelin ne s'est pas placé en conflit... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Claude Hamelin ne s'est pas placé en conflit d'intérêts, estime la firme Bélanger-Sauvé.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le promoteur d'événements et directeur général de Place des festivals, Claude Hamelin, ne s'est en aucun cas placé en conflit d'intérêts en tentant d'attirer le Cirque du Soleil sur les terrains de Zibi, confirme un avis juridique demandé par le maire Maxime Pedneaud-Jobin et publié, mardi, par son cabinet.

Le document déposé par la firme montréalaise d'avocats Bélanger-Sauvé est clair.

Dans un premier temps, l'employeur de M. Hamelin, Place des festivals, s'est dit parfaitement à l'aise avec les façons de faire du promoteur et dans un deuxième temps, l'impossibilité d'utiliser le site ciblé par Place des festivals en 2017 fait en sorte que M. Hamelin ne pouvait pas privilégier un site au détriment d'un autre pour recevoir le Cirque du Soleil.

«Nous ne pouvons conclure qu'il y a faute de la part de M. Hamelin au titre de conflit d'intérêts dans lequel il se serait placé, son employeur concluant au contraire sur une base de faits qui ne font pas ressortir un tel conflit, précise l'avis juridique. La question se réglant de manière claire au niveau juridique, nous ne croyons pas [...] qu'il serait très utile de dépenser des frais importants pour un éthicien, et ce, en particulier considérant le fait nouveau soulevé, à savoir la confirmation, écrite et limpide, de Place des festivals, quant à leur absence de difficulté quant aux démarches effectuées par M. Hamelin.»

Le maire Pedneaud-Jobin s'est dit «satisfait» de l'avis. «Je considère désormais le dossier comme clos», a-t-il ajouté par voie de communiqué de presse.

Ce dernier, qui juge toujours «nécessaire de systématiquement clarifier les questions d'éthique qui peuvent se poser», avait demandé cet avis juridique à la suite de la publication, le 27 janvier dernier, d'un texte de notre chroniqueur Patrick Duquette, qui soulevait plusieurs questions sur les différents rôles du promoteur. 

Boudrias déçue du maire

La présidente de la corporation Place des festivals, Louise Boudrias, n'a nullement été surprise par les conclusions de l'avis juridique.

«C'était pourtant très clair qu'il n'y avait pas de conflit de rôles, a-t-elle lancé. M. Hamelin a toujours été très transparent et il savait qu'il n'avait rien à se reprocher.»

La conseillère municipale se désole toutefois de l'attitude du maire Pedneaud-Jobin dans cette affaire. «C'est décevant de sa part, dit-elle. La façon dont tout ça a été fait a semé un doute dans l'esprit des gens et c'est très désolant. Je suis déçue que le maire soit allé jusqu'à demander un avis juridique même si Place des festivals avait été très claire sur les rôles de M. Hamelin. Je suis au moins contente que le maire ait clarifié cette situation.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer