Lac-Beauchamp: Liza Lauzon visée par deux plaintes

La candidate Liza Lauzon était accompagnée de son... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La candidate Liza Lauzon était accompagnée de son père, l'ancien conseiller devenu député fédéral, Stéphane Lauzon, lors du vote par anticipation dans le district de Lac-Beauchamp, dimanche.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux candidats à l'élection partielle dans le district du Lac-Beauchamp ont déposé une plainte à la présidente d'élection, lundi. Jean-François Leblanc et Caroline Desrochers accusent l'équipe de leur rivale Liza Lauzon d'avoir dérogé aux règlements électoraux, dimanche, lors du vote par anticipation.

Les candidats ont acheminé leurs plaintes indépendamment l'un de l'autre. La candidate d'Action Gatineau soutient que l'équipe de Liza Lauzon a excédé la limite d'un seul accompagnateur par candidat et a discuté avec les électeurs au-delà des limites permises. «La consigne qui avait été donnée, c'est qu'on ne devait pas encombrer l'entrée pour que les citoyens puissent accéder facilement aux bureaux de scrutin. On devait seulement leur serrer la main et les laisser rentrer», explique Caroline Desrochers.

«Liza était avec son père, son oncle, sa tante, sa soeur... À un moment donné, il y avait un attroupement en haut des marches», ajoute Jean-François Leblanc. Plus tôt lundi, en conférence de presse, le candidat indépendant a accusé le député fédéral Stéphane Lauzon d'avoir sollicité des votes pour sa fille devant le bureau de vote, au Centre communautaire Jean-René-Monette.

La candidate Liza Lauzon assure qu'aucune sollicitation n'a été faite, ni par elle, ni par son père, ancien conseiller du district. Elle confirme cependant avoir reçu deux avertissements, pour avoir dépassé la limite d'un accompagnateur par candidat et pour avoir discuté avec les électeurs avant qu'ils aient voté.

Selon elle, les deux situations auraient été corrigées sur-le-champ.

Liza Lauzon attribue la réaction de Jean-François Leblanc au grand nombre d'électeurs qu'elle et son père ont salués. «Ce qui est arrivé, c'est que beaucoup de gens nous connaissaient. Alors, nous on leur a dit d'aller voter d'abord, et de venir nous parler après. Ça s'est bien passé, les gens comprenaient.»

Un appui «en tant que citoyenne»

Avant de déposer sa plainte, Jean-François Leblanc a convoqué les médias à son bureau de campagne en matinée pour dénoncer la situation. Les conseillers municipaux Mike Duggan et Sylvie Goneau étaient présents pour lui donner leur appui.

Selon le conseiller du district de Lucerne, les résidents du Lac-Beauchamp son «chanceux» que l'homme d'affaires ait posé sa candidature. M. Duggan «espère que ceux qui sont en position de décider l'ont bien pris en note et vont se rendre au bureau de vote pour cocher en conséquence».

Quant à Sylvie Goneau, elle affirme avoir agi comme mentor auprès du candidat pour lui enseigner les principes du porte-à-porte. La conseillère du district de Bellevue s'est défendue d'avoir joué un rôle partisan dans sa campagne. Elle a indiqué qu'elle rendait public son vote pour Jean-François Leblanc en tant que citoyenne et résidente du district de Lac-Beauchamp, et non en tant que conseillère municipale indépendante. «Si un député fédéral peut se détacher d'être député fédéral, je pense qu'une conseillère peut se détacher d'être conseillère», a-t-elle expliqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer