Développement résidentiel dans l'ouest: Gatineau met la pédale douce

Gatineau mettra la pédale douce, si ce n'est pas carrément les freins, sur le... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Gatineau mettra la pédale douce, si ce n'est pas carrément les freins, sur le développement résidentiel dans l'ouest de la ville.

Les projets déjà approuvés ou en cours d'autorisation en vertu de l'ancien schéma d'aménagement ne feront pas les frais des nouvelles politiques de la Ville de Gatineau, mais aucun nouveau développement résidentiel d'envergure ne verra le jour tant que les infrastructures municipales, dont le transport en commun, ne seront pas en mesure d'absorber la croissance démographique dans le secteur.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a fait cette déclaration, mercredi, en réponse aux différentes associations de résidents du secteur qui ont demandé à la Ville, la semaine dernière, d'imposer un moratoire sur le développement résidentiel à Aylmer. 

Le regroupement juge que la population de l'Ouest a été «malmenée» par le développement effréné du secteur au cours de la dernière décennie. Il souhaiterait un ralentissement de l'étalement urbain et que la Ville exige des promoteurs qu'ils produisent une évaluation de la capacité du réseau de transport à absorber le flot de nouveaux usagers avant d'obtenir leur permis de construction.

«Nous partageons tout à fait le diagnostic que font les résidents, a indiqué le maire. La rapidité du développement a dépassé notre capacité d'absorption, notamment pour le transport en commun. Il y a un problème important à l'Ouest.»

Le maire Pedneaud-Jobin a précisé que l'ouest de la ville est un héritage «de la façon de gérer les villes depuis des décennies, où on se dépêchait à construire pour ensuite tenter de gérer les enjeux». Avec son nouveau schéma d'aménagement, Gatineau soutient avoir maintenant plus de contrôle sur son propre développement domiciliaire.

«Ça, c'est le vieux modèle des schémas d'aménagement, a-t-il dit. Avec notre nouveau schéma, on va ouvrir les grands terrains qui sont encore disponibles uniquement si un certain nombre de conditions sont respectées, notamment notre capacité à faire suivre les infrastructures. On ne peut pas amener des milliers de personnes à un endroit sans être en mesure d'offrir du transport en commun adéquat en même temps.»

Entre temps, la Ville de Gatineau demeure en mode rattrapage au chapitre de ses infrastructures dans l'Ouest après des années de développement. C'est dans ce contexte qu'un resserrement des dépenses à la Société de transport de l'Outaouais (STO) a pu mener à des réinvestissements afin d'améliorer le service, notamment dans l'ouest de la ville. «Nous mettons déjà des mesures en place, on ne peut pas se permettre d'attendre un éventuel lien rapide vers l'Ouest», a ajouté le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer