Les candidats dans Lac-Beauchamp en mode discussion

Jean-François Leblanc, Caroline Desrochers et Gabriel Céré (autre... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Jean-François Leblanc, Caroline Desrochers et Gabriel Céré (autre photo) ont participé à la rencontre de l'Association des gens d'affaires et professionnels du Vieux-Gatineau.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De la revitalisation de la rue Notre-Dame aux initiatives en logement social en passant par la diversification économique et l'implantation de la maison de quartier, les enjeux sont nombreux dans le district du Lac-Beauchamp.

Le candidat Gabriel Céré... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 1.0

Agrandir

Le candidat Gabriel Céré

Etienne Ranger, LeDroit

À moins d'un mois du scrutin, trois des quatre candidats à l'élection partielle ont répondu à plusieurs questions mardi à l'occasion d'une soirée citoyenne orchestrée par le Comité de vie de quartier et l'Association des gens d'affaires et professionnels du Vieux-Gatineau. 

La candidate Liza Lauzon brillant par son absence devant la cinquantaine de citoyens réunis à l'édifice Jean-René-Monette, seuls les candidats indépendants Jean-François Leblanc et Gabriel Céré ainsi que la porte-couleurs du parti Action Gatineau, Caroline Desrochers, ont participé à l'exercice qui ne laissait place qu'à de l'information, pas aux débats. 

Les questions, qui avaient été acheminées une semaine à l'avance aux aspirants conseillers municipaux, s'articulaient autour de trois thèmes issus de la Revitalisation urbaine intégrée du secteur, soit le développement sociocommunautaire et culturel, l'environnement et l'aménagement du territoire, ainsi que le développement local, économique et commercial.

Considéré depuis belle lurette comme un joyau naturel en pleine ville, le lac Beauchamp, dont la sauvegarde est primordiale pour plusieurs, a entre autres fait l'objet de discussions.

Membre du comité des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération, M. Leblanc a d'emblée indiqué qu'il comptait tout faire en son pouvoir pour que les Mosaïcultures, si elles sont accueilles comme prévu à Gatineau en 2017, soient en partie présentées aux abords du lac. Sa préservation future lui tient aussi à coeur.

«Ce qui se passe, entre autres, c'est que l'eau du stationnement se déverse dans le lac, ce qui contribue à sa pollution. [...] Il y a plein de choses à régler», a-t-il indiqué. 

Mme Desrochers n'a pas caché non plus qu'il est temps d'agir pour la sauvegarde de ce milieu naturel fréquenté par des milliers de personnes chaque année. 

«Un des enjeux majeurs en ce moment, c'est que l'eau du lac n'est pas oxygénée et il y a des algues qui commencent à se former. Si on ne fait rien, on ne pourra plus s'y baigner d'ici quelques années. Je m'engage à appuyer la mise en place d'un plan de gestion environnemental des eaux, selon les recommandations de l'étude commandée par la Ville. Sinon, pour la mise en valeur du parc, j'ai entendu parler de plusieurs idées de développement, comme un parc d'aventures, un sentier illuminé, des pistes pour le vélo d'hiver, etc.», a-t-elle dit. 

Le besoin criant d'un lieu de production et de diffusion artistique, la relance du marché Notre-Dame, le positionnement du secteur comme première zone d'agriculture urbaine et l'insalubrité des logements sont quelques-uns des autres sujets qui ont été abordés par les candidats. 

Le scrutin pour élire le successeur de Stéphane Lauzon se tiendra le 28 février pour les 10 500 électeurs du district. Le vote par anticipation se tiendra une semaine plus tôt.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer