Négos sur les régimes de retraite: Gatineau demande une prolongation

Denis Savard, président du syndicat des cols bleus,... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Denis Savard, président du syndicat des cols bleus, est d'avis qu'une entente sera conclue d'ici la fin du printemps.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Incapable de s'entendre avec ses syndicats sur les régimes de retraite à l'intérieur de la période d'un an qui avait été donnée aux parties, Gatineau se voit dans l'obligation de faire une demande conjointe de prolongation de négociation auprès du gouvernement.

Gatineau n'est pas la seule dans cette position. La presque totalité des villes de la province ont dû faire la même demande, lundi, alors que le délai prévu dans la Loi 15 pour s'entendre venait à échéance. Si ce premier délai de 90 jours ne devait pas permettre de conclure une entente négociée, la Ville pourrait demander un deuxième délai de trois mois, après quoi les parties devraient se retrouver devant un arbitre.

Le président du syndicat des cols bleus, Denis Savard, ne croit pas que l'arbitrage sera nécessaire. Après plus de deux ans de négociations, ce dernier croit pouvoir en arriver à une entente négociée d'ici la fin du printemps, pour les régimes de retraite, mais aussi pour la nouvelle convention collective.

Les deux parties négocient en sachant que la Loi 15 est contestée devant les tribunaux. Si le tribunal devait juger de l'inconstitutionnalité de la loi, cela aurait des impacts importants pour les ententes négociées par les administrations municipales. «C'est de ça que nous parlons actuellement, note M. Savard. Il faut s'entendre sur un principe de règlement si les syndicats devaient avoir gain de cause, parce que les deux aspects [régime de retraite et convention collective] sont intimement liés dans notre négociation. Nous continuons de discuter, ça avance.»

Cols blancs

Le président du syndicat des cols blancs de la Ville de Gatineau, Marc Demers, confirme lui aussi qu'une demande conjointe avec la Ville pour prolonger la négociation de trois mois a été faite lundi. 

«Nous sommes toujours dans un processus de libre négociation, dit-il. La première phase de négociation est terminée. Nous ferons un dépôt général pour relancer la deuxième phase le 9 février prochain. M. Demers croit aussi pouvoir en arriver à une entente négociée avec la Ville de Gatineau avant la fin de la prolongation. 

Le syndicat des pompiers et la fraternité des policiers de la Ville de Gatineau n'étaient pas soumis à ce délai d'un an pour s'entendre sur les régimes de retraite. Ils ont encore une année pour en arriver à un règlement avec la Ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer