Lauzon empoche une «allocation de transition» de 56 540$

Stéphane Lauzon a empoché son allocation de transition... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Stéphane Lauzon a empoché son allocation de transition de la Ville de Gatineau dernièrement.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En plus d'avoir pratiquement quadruplé son salaire annuel en quittant son poste de conseiller municipal pour celui de député fédéral à Ottawa, Stéphane Lauzon a aussi empoché une «allocation de transition» de 56 540$ de la Ville de Gatineau, lors de son départ, somme à laquelle s'est ajoutée une indemnité de départ de 12 931$.

Dans les faits, l'allocation de transition doit servir comme coussin financier à un élu qui quitte son poste pour cause de défaite électorale, ou toute autre raison, le temps de se retrouver un travail. Cette prime est enchâssée dans la réglementation municipale et correspond à la rémunération trimestrielle, multipliée par un maximum de quatre années de services. Tous les élus ayant cumulé au moins 24 mois de services peuvent recevoir la prime de transition. 

Comme député fédéral, le salaire annuel de M. Lauzon se chiffre maintenant à 167 400$, à quoi s'ajoute un boni de 16 600$ parce qu'il a été nommé secrétaire parlementaire pour les Sports et les Personnes handicapées. 

Le conseiller municipal Maxime Tremblay, qui souhaitait lui aussi se faire élire comme député lors de la dernière campagne électorale au fédéral, avait affirmé publiquement, lors de sa course à l'investiture dans Hull-Aylmer, qu'il renoncerait à cette allocation de transition s'il devait devenir député à Ottawa. Stéphane Lauzon a pour sa part empoché son allocation de transition de la Ville de Gatineau dernièrement et il affirme n'y voir aucun problème.

«Je suis très à l'aise avec ça, a-t-il lancé. La Ville a respecté ses engagements. C'était dans le contrat, j'étais au fait de ces montants quand j'ai commencé en politique municipale. Si j'étais encore conseiller municipal à Gatineau, je débattrais de ce dossier, mais aujourd'hui, dans mon nouveau poste de député, j'ai tellement de grands dossiers d'envergure dont je dois m'occuper. Il ne m'appartient plus de me pencher sur des débats à la Ville de Gatineau.» 

Sa fille Liza Lauzon, qui souhaite le remplacer comme conseiller dans le district du Lac-Beauchamp lors de l'élection partielle à la fin février, n'a pas donné suite à l'appel du Droit

La pertinence de la prime remise en question

Le dossier fait passablement jaser les élus dans les couloirs de l'hôtel de ville présentement. Aucun ne souhaite porter un jugement sur la décision du député Lauzon de conserver son allocation de transition, puisqu'il y avait pleinement droit, selon la réglementation municipale. 

Plusieurs élus remettent toutefois en question la pertinence d'une telle prime dans un contexte où, comme dans le cas de M. Lauzon, l'élu municipal quitte son poste pour un autre travail, et de surcroît beaucoup mieux rémunéré.

La conseillère Denise Laferrière est d'avis que la prime de transition ne devrait plus être versée dans un cas comme celui de M. Lauzon. «Mais là, il est trop tard, lance-t-elle, c'était au conseil de s'y prendre avant pour faire changer la réglementation en vigueur.»

De son côté, le président du conseil municipal, Daniel Champagne, est d'avis que cette prime vient «bonifier» le salaire des élus municipaux, qui, note-t-il, n'est pas très élevé. 

«Nous devrions éviter de verser cette prime pour ceux qui quittent en milieu de mandat pour un autre palier de gouvernement ou pour un autre travail, mais dans d'autres cas, cette allocation peut être totalement justifiée. Le fait que cette prime est versée automatiquement est un problème. On doit en revoir la pertinence.»

Même son de cloche du côté du conseiller Cédric Tessier, selon qui le conseil doit se pencher sur cette question avant la fin du présent mandat. De fait, le comité de révision des commissions et comités où siègent notamment M. Tessier et Mme Laferrière se penche actuellement sur la rémunération des élus. Le dossier des primes de départ et de transition est actuellement à l'étude. Aucune proposition officielle n'a encore émané de ce comité. Un débat public sur la question est prévu au cours des prochaines semaines.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer