Réforme du développement économique à Gatineau

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin quittera la présidence du... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin quittera la présidence du CLD, mais demeurera au coeur de l'exercice stratégique en matière de développement économique en coprésidant la nouvelle commission.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau reprendra ses pleins pouvoirs politiques en matière de stratégie de développement économique en laissant au CLD le soin de se concentrer sur son rôle premier: l'accompagnement des entreprises.

Les grandes orientations stratégiques en matière de développement économique, auparavant développées par le CLD et en partie par la Conférence régionale des élus, seront dorénavant sous la responsabilité d'une commission municipale. Deux coprésidents et 13 autres membres issus du secteur économique y siégeront aussi. Un siège est aussi réservé pour un préfet nommé par la Table des préfets des MRC de la région. 

«Nous clarifions où se situe le leadership, a insisté le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. Il sera entre les mains de la Ville, mais aussi de la communauté. Nous cessons de nous éparpiller et nous disons que c'est maintenant ici que ça se passe.»

Le nouveau modèle de développement économique qui sera mis en place par la Ville d'ici le mois de juillet a été approuvé, mardi soir, par le conseil. Les changements doivent se faire à même les budgets actuels. La première grande responsabilité de cette nouvelle commission sera de faire, dès sa création, une planification stratégique et déterminer quelles seront les priorités de développement pour la Ville.

«La Ville de Gatineau va séparer l'instance plus opérationnelle d'accompagnement des entreprises de l'instance qui fera les choix stratégiques, a précisé le maire. L'ancien système a démontré que les deux fonctions se nuisaient l'une l'autre. La nouvelle commission de développement économique se compare un peu à Gatineau, ville en santé, où nous réunissons plusieurs acteurs du milieu autour de la table pour établir les choix stratégiques. Ça permettra d'alléger nos structures, de mettre en place les bonnes personnes qui feront les bonnes choses, au bon moment.»

Le maire, comme promis auparavant, quittera la présidence du CLD, mais demeurera au coeur de l'exercice stratégique en matière de développement économique en coprésidant la commission nouvellement créée. «Le maire doit faire du développement économique et assurer du leadership à ce niveau, affirme M. Pedneaud-Jobin. Comme la Ville, il se doit d'être un acteur extrêmement important. Là où j'avais un malaise, c'était avec la proximité des élus et l'opérationnel, les subventions qui se donnaient au CLD. L'attribution de subventions ne doit pas relever des élus, mais en fonction d'une analyse professionnelle de plans d'affaires.»

Quelques craintes

Le conseiller Maxime Tremblay est apparu très critique face à ce nouveau modèle, mais il s'est finalement rallié à la proposition.

Il affirme cependant entretenir des craintes concernant le fonds de diversification économique, qu'il a peur de voir disparaître lors de ce brassage de structure. «Ce fonds nous permet de supporter financièrement des projets, il est fondamental, a-t-il dit. C'est un outil avantageux et je serai très vigilant pour ne pas qu'on reste entre deux eaux à ce niveau-là. 

Le maire Pedneaud-Jobin est d'avis que cet élément devra revenir très rapidement à la table de la commission lorsqu'elle sera formée.

«À mon avis, c'est une question pour laquelle nous devrons prendre des décisions lors du prochain budget, a-t-il dit. Si on met plus d'argent dans ce fonds, il faudra couper ailleurs. À court terme, il n'y a pas d'inquiétude. Si des projets sont déposés, nous ferons comme à l'habitude et nous poserons un jugement budgétaire. La terre n'arrête pas de tourner parce qu'on change notre structure.»

Ce qu'ils ont dit

«Le message qu'on envoie est clair, nous voulons donner la place qui revient au développement économique et c'est bien de remettre l'aspect stratégique entre les mains de la Ville. Il faut que la Commission sur le développement économique soit très près de la direction générale pour qu'on se donne les moyens d'atteindre nos buts.» - Louise Boudrias

«La responsabilité en matière de développement économique depuis deux ans repose sur les épaules du maire puisqu'il est le président du CLD et ce sera la même chose pour les deux années à venir puisqu'il veut être le président de la nouvelle commission.» - Sylvie Goneau

«Nous avions besoin de donner un coup de barre majeur pour faire du vrai développement économique à Gatineau. La création de la commission est un pas dans la bonne direction parce que la Ville va maintenant se sentir responsable en matière de développement économique.» - Richard Bégin

«Il va revenir au conseil municipal de donner les orientations à cette commission et si nous ne sommes pas capables d'identifier trois priorités pour la Ville, on aura un gros problème.» - Jean Lessard

«Il est tentant de vouloir aller vite, mais il faut commencer par le début et ce serait, à mon avis, une erreur de ne pas permettre au maire de coprésider la commission pendant la phase de transition.» - Gilles Carpentier

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer