Un cruel manque d'expertise en géotechnique

Le couple Michon-Latourelle a fait l'acquisition d'un terrain... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le couple Michon-Latourelle a fait l'acquisition d'un terrain à l'angle de la rue Tony et de l'impasse des Cornouillers, au nord de l'autoroute 50, près du boulevard Lorrain, dans le but d'y faire ériger une résidence.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Le «manque d'expertise en mouvement de masse» au service d'urbanisme a entraîné des «retards» et des «coûts professionnels» pour un citoyen, un promoteur, la Ville de Gatineau et «par extension pour l'ensemble des citoyens», conclut un rapport du Bureau de l'ombudsman.

Le document rendu public mercredi contient sept recommandations pour les autorités municipales. Il a été produit à la suite d'une plainte d'un citoyen dans le cadre d'une demande de permis de construction.

La présidente de la commission créée par le Bureau de l'ombudsman pour étudier ce cas, Ginette Mercier, recommande notamment que la Ville «recrute et intègre une ressource qui possède l'expertise spécifique en géotechnique» afin de l'appuyer dans les dossiers de zones à risque de glissements de terrain.

Le président du conseil municipal, Daniel Champagne, a indiqué que l'ensemble des recommandations seront analysées «rigoureusement», mais n'était pas prêt à dire, mercredi, si la Ville procédera ou non à l'embauche d'un expert. «Il faut se poser des questions; il faut savoir. Est-ce que c'est nécessaire? Est-ce qu'on a suffisamment de dossiers pour être capable d'avoir un expert de façon permanente?»

Tout en se disant conscient des conséquences de la nouvelle cartographie de zones de mouvement de masse pour certains, M. Champagne a rappelé que la Ville souhaite avant tout assurer «la sécurité des citoyens».

En ce qui concerne la communication des informations aux citoyens, la Ville note qu'un «mécanisme de suivi des dossiers complexes et à risque» a été mis en place et qu'une seule personne sera désormais identifiée afin d'assurer le suivi de chaque dossier auprès des citoyens.

Dans son rapport, la commission a souligné qu'au cours des démarches entreprises dans le dossier ayant été analysé, plus de 10 employés du service de l'urbanisme, quatre consultants externes, deux représentants de ministères provinciaux et quatre membres de l'appareil politique municipal avaient été interpellés.

La municipalité souligne aussi avoir diffusé l'information liée à la nouvelle cartographie lors de son dépôt, en 2012. Le conseiller Champagne invite d'ailleurs les citoyens à bien s'informer avant de faire l'acquisition d'un terrain ou d'une propriété, mais reconnaît que la Ville «doit probablement communiquer de meilleure façon».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer