Goneau hésite à mettre son avenir politique en jeu

Se sentant en complète contradiction avec le style... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Se sentant en complète contradiction avec le style de leadership du maire Maxime Pedneaud-Jobin, Sylvie Goneau dit continuer de réfléchir sérieusement à son avenir politique.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ira, ira pas? À un peu moins de deux ans des élections municipales, la conseillère Sylvie Goneau est de plus en plus tiraillée quant à son avenir politique.

Se sentant en complète contradiction avec le style de leadership exercé par le maire Maxime Pedneaud-Jobin, elle dit continuer de réfléchir sérieusement à la mairie, mais aussi plus largement à son avenir politique.

En même temps, Mme Goneau n'est pas totalement prête à risquer une défaite dans une course à la mairie, ce qui la sortirait de la politique municipale pour au moins un mandat. «J'ai semé un beau jardin au cours des dernières années, dit-elle. Je suis actuellement vice-présidente de la Fédération canadienne des municipalités, mais en 2018, je serai présidente, à condition de toujours être une élue. J'ai investi beaucoup d'efforts et je ne veux pas laisser ça de côté.»

Qu'elle brigue la mairie ou qu'elle continue de vouloir représenter les résidents du district Bellevue comme conseillère, c'est à titre d'indépendante que Mme Goneau le fera. «Les Gatinois auront des décisions importantes à prendre en 2017, avertit la conseillère. Ils devront bien s'informer sur ce que ça amène en réalité un parti politique au municipal.»

«J'ai investi beaucoup d'efforts et je ne veux pas laisser ça de côté.»

Sylvie Goneau
conseillère

Selon elle, le parti du maire amène un «débat d'opposition systématique» à la table du conseil.

Des propos qui tranchent avec ceux tenus jeudi par le président du conseil municipal, Daniel Champagne. «Le conseil municipal travaille ensemble à atteindre les objectifs de son programme, a-t-il rappelé. La façon dont nous travaillons tous démontre qu'ils [les membres d'Action Gatineau] sont tout à fait disposés à travailler avec les conseillers indépendants.»

«Fausse illusion»

Visiblement, Mme Goneau vit son présent mandat comme conseillère de manière bien différente que celle exposée par M. Champagne.

«Nous sommes assis en rond autour de la table du conseil et nous ne le devrions pas, rétorque Mme Goneau. Nous donnons une fausse illusion aux citoyens voulant que nous travaillions en collaboration. Avec un parti politique à la table, nous devrions être assis face à face, parce qu'un parti politique, ça amène de la confrontation, de l'opposition systématique.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer