La subvention aux Grands feux sur la sellette

L'organisation des Grands feux du Casino du Lac-Leamy... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

L'organisation des Grands feux du Casino du Lac-Leamy se voit retirer par la Ville de Gatineau l'équivalent de 20000$ en services.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les élus gatinois se sont entendus, mardi, sur la distribution de 3,7 millions $ en subventions de toutes sortes destinées aux différents festivals et aux organismes culturels et sportifs de la Ville pour l'année 2016.

Ce n'est cependant pas la disparition de l'événement Bâtisseur d'un jour ou le retour de Gatineau en vol après un an d'absence qui a retenu l'attention à la table du conseil, mais plutôt un montant d'une valeur de 20 000$ en services retiré aux Grands feux du Casino.

En vertu du cadre de soutien financier de la Ville, l'organisation dirigée par Claude Hamelin recevra tout de même 255 000$ en 2016, mais certains conseillers se sont inquiétés de l'impact sur l'événement qu'aura cette réduction de la subvention. La conseillère Louise Boudrias aurait souhaité que le conseil accueille M. Hamelin pour qu'il puisse expliquer aux élus comment son événement allait être touché par cette réduction, ce à quoi le maire et une majorité de conseillers se sont toutefois opposés, préférant s'en remettre au cadre de soutien adopté par le conseil.

«Pour moi, de faire venir un promoteur et avoir avec lui une discussion qui ne relève pas du conseil, mais de l'administration, ça serait un problème majeur de gouvernance, a indiqué le maire. Après cela, tous ceux qui voudront contester ce que font nos équipes vont vouloir venir rencontrer le conseil. Notre rôle est d'adopter un cadre de soutien précis pour qu'il soit appliqué par nos services. Sinon, on politise toutes les demandes de subvention et ça va se résumer à celui qui sera capable de gagner le vote au conseil. Ça serait une erreur importante de faire ça.»

Sans remettre complètement en question ce cadre de soutien qui détermine combien d'argent recevra chacun des événements à Gatineau, la conseillère Louise Boudrias s'est dite déçue d'avoir à voter sur d'importantes subventions sans que les élus disposent, selon elle, de toute l'information pour le faire.

Étude sur les retombées

Mme Boudrias est revenue à la charge concernant la publication d'une étude datant de 2013 qui expose les retombées touristiques et économiques de chacun des événements financés par les fonds publics des Gatinois. Cette étude n'a toujours pas été rendue publique. LeDroit en a fait la demande à deux reprises et chaque fois la demande a été refusée par la direction des communications.

«Ce n'est pas normal, a affirmé Mme Boudrias. On vote sur des subventions et des cadres de soutien et chaque fois des questions concernant les retombées économiques demeurent sans réponse. Cette étude-là répond en grande partie aux questions des conseillers. C'est de l'information pertinente, surtout que nous aurons bientôt une session de travail concernant la stratégie événementielle de la Ville.»

Irrité par la controverse entourant cette étude, le maire a affirmé qu'il ne fallait pas tomber dans l'exagération. «Quand Mme Boudrias a demandé cette étude, elle l'a eue, a-t-il précisé. Les autres conseillers ne l'ont pas demandé. Là, ils vont tous l'obtenir. Il ne faut pas créer une montagne avec quelque chose qui n'existe pas. Ils vont tous l'avoir s'ils la veulent.»

De fait, une résolution proposée par Mme Boudrias demandant que cette étude soit remise au conseil a été adoptée à l'unanimité par le conseil, lors d'un vote indicatif.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer