Des gens d'affaires veulent déloger le maire Pedneaud-Jobin

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un groupe de gens d'affaires de la région, près des cercles libéraux, préparent déjà, en coulisses, la prochaine campagne électorale à la mairie de Gatineau. Insatisfaits du travail de Maxime Pedneaud-Jobin, ils s'emploient à trouver ce qui, selon eux, serait le «maire idéal».

Une liste de candidats potentiels, dont LeDroit a obtenu copie, est en circulation depuis le début du mois de novembre dans un cercle relativement restreint de gens d'affaires et de politiciens. Elle comporte une dizaine de noms et une liste des qualités que devrait avoir le prochain maire de Gatineau.

L'initiateur de cette démarche est l'homme d'affaires Gilles Lavoie, directeur général de Pilon Ltée. En entrevue avec LeDroit, il a affirmé en avoir discuté avec «plusieurs personnes». Il juge toutefois qu'il est prématuré pour lui de commenter plus en détail le résultat de ses démarches. Certains noms sur la liste étaient son idée, alors que d'autres sont des suggestions qui lui ont été faites au fil de ses discussions.

M. Lavoie ne cache pas qu'il souhaite que Maxime Pedneaud-Jobin soit remplacé au poste de maire. Il convient que le maire actuel a des qualités, mais il lui reproche son manque d'action dans certains dossiers. «Il y a trop de choses qui retardent à Gatineau, dit-il. J'ai à coeur ma ville et ma région. Je suis natif d'ici et je veux que la ville continue de prospérer et de grossir. Je trouve qu'on a une ville qui dort. Nous devons être à la hauteur de la quatrième ville en importance au Québec.»

M. Lavoie reproche notamment au maire Pedneaud-Jobin sa gestion dans le dossier du futur aréna Guertin et son indécision dans le dossier des tours de Brigil, au centre-ville.

La liste

L'homme d'affaires précise que la grande majorité des gens qui se retrouvent sur sa liste n'ont pas encore été approchés pour voir s'ils avaient ou non un intérêt à briguer la mairie lors des élections municipales gatinoises en 2017. Il affirme toutefois qu'il n'est pas trop tôt pour commencer à susciter de l'intérêt chez de futurs candidats potentiels.

«Il ne revient pas qu'aux gens d'affaires de prendre les choses en mains, les citoyens ordinaires, les payeurs de taxes doivent aussi le faire», insiste M. Lavoie.

Sur cette liste, on retrouve l'ancien ministre conservateur Lawrence Cannon, l'animateur de radio et ancien député libéral Roch Cholette, l'ancienne députée néo-démocrate de Gatineau, Françoise Boivin et l'actuel ministre de la Justice du Québec et responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée.

On y retrouve aussi les noms du conseiller Gilles Carpentier, de l'ancienne conseillère Louise Poirier, de l'entrepreneur en construction Raymond Brunet et de l'homme d'affaires Antoine Normand. Ce dernier a trouvé bien cocasse d'apprendre qu'il était sur cette liste. Le comptable Pierre Samson et l'ancien chef d'antenne de Radio-Canada, maintenant devenu la voix publicitaire de Brigil et animateur à Unique FM, Michel Picard, font aussi partie de la liste de gens pouvant faire, selon cette liste, le prochain «maire idéal» pour Gatineau.

Maryse Gaudreault

Un nom qui circule beaucoup depuis quelques mois, mais qui ne se retrouve pas sur cette liste est celui de l'actuelle députée libérale de Hull, Maryse Gaudreault. En entrevue avec LeDroit, Mme Gaudreault a confirmé que plusieurs personnes ont sondé son intérêt pour le poste de maire au cours des dernières semaines. Visiblement, l'intérêt n'y est pas. «La porte est fermée, dit-elle. Je n'ai pas d'intérêt. Je suis très heureuse là où je suis présentement et mon travail à Québec me passionne.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer