Le maire à la rencontre des citoyens de l'Est gatinois

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin reconnaît que la situation... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin reconnaît que la situation n'est pas rose dans le Vieux-Masson.

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a complété la deuxième étape de sa tournée des secteurs, jeudi soir, en s'arrêtant au centre communautaire du secteur Buckingham.

Une quinzaine de personnes ont répondu présentes à cette deuxième de quatre assemblées publiques de quartier visant à traiter des enjeux spécifiques à chacun des secteurs de la Ville. Près de 50 citoyens avaient assisté à la première réunion organisée dans le secteur Hull, le 29 octobre dernier.

Pendant près de 90 minutes, M. Pedneaud-Jobin, qui était accompagné des conseillers municipaux Martin Lajeunesse (secteur Buckingham) et Marc Carrière (Masson-Angers), ainsi que du directeur territorial de l'est de Gatineau, Marc Goyer, a répondu aux questions des personnes présentes.

Si aucun thème n'a volé la vedette durant la soirée, les améliorations au Rapibus pour l'est de la Ville, les hauts et les bas du service 311, la réfection de la route 148, la protection des milieux humides, la saga des deux tours de Brigil au centre-ville, de même que le blocus des projets domiciliaires dans le secteur Masson, en raison de la saturation de la station de pompage, ont été abordés. 

L'amélioration des terrains de baseball des deux secteurs et la prolongation de la piste cyclable qui doit relier Buckingham et Masson-Angers - dont le tracé doit passer à proximité du pont Brady, sur les terrains d'Énergie renouvelable Brookfield - ont aussi fait jaser.

Au sujet de la piste cyclable, le maire Pedneaud-Jobin a affirmé que des pourparlers sont en cours avec l'entreprise afin de trouver un terrain d'entente pour développer une boucle dans le «Vieux-Buckingham», sur le terrain de Brookfield. Un montant de deux millions de dollars a été réservé par Gatineau pour ce projet, mais aucun échéancier n'a encore été fixé.

«C'est plus qu'une piste cyclable. C'est vraiment un site extraordinaire où on trouve des artefacts sur le bord de la rivière et un tunnel à ciel ouvert. Quand on part du centre nautique, si on passait là, ça deviendrait une destination», a affirmé le maire, à propos du potentiel d'attraction du projet.

Le «désert» du Vieux-Masson

Le piteux état du Vieux-Masson a également fait l'objet de certains échanges. M. Pedneaud-Jobin reconnaît que la situation n'est pas rose dans cette portion du secteur.

«C'est un désert alimentaire, mais quand on regarde de près, on se dit que c'est peut-être un désert tout court et c'est une préoccupation», a-t-il mentionné, ajoutant que l'arrivée prochaine du club sportif UniGym dans le quartier allait servir de baume.

De son côté, l'échevin de Masson-Angers, Marc Carrière note que du travail concret a été fait depuis les dernières années à cet endroit.

«L'édifice où la caisse était située a été racheté par Guilbault Immobilier et La Vérendrye. C'est de la création d'emplois. Le Gros-Dos a été acheté alors qu'UniGym s'en va s'installer là. C'est de la revitalisation et déjà là, c'est un pas par en avant en comparaison avec où nous étions avant», a indiqué M. Carrière.

Avant de rencontrer les citoyens, jeudi, M. Pedneaud-Jobin avait rencontré des représentants d'associations et d'organismes communautaires de Buckingham et Masson-Angers, durant l'après-midi.

La prochaine visite du maire aura lieu le 11 février, dans le secteur de Gatineau. Une dernière rencontre aura lieu à Aylmer au printemps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer