Caroline Desrochers officiellement candidate dans Lac-Beauchamp

Caroline Desrochers... (Courtoisie)

Agrandir

Caroline Desrochers

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Action Gatineau a officialisé le choix de sa candidate pour l'élection partielle dans le district du Lac-Beauchamp, dimanche. Caroline Desrochers lance donc sa campagne afin de se joindre au conseil municipal de Gatineau.

«Dès demain matin, on commence le porte-à-porte», affirmait la candidate après l'assemblée d'investiture, dimanche matin.

La candidate a profité de la présence de dizaines de sympathisants pour présenter ses priorités si elle est élue en février. Le transport collectif et actif, la réfection de la rue Notre-Dame et la protection du lac Beauchamp ont été cités par Mme Desrochers, mais elle soutient que le projet de revitalisation urbaine intégrée du Vieux-Gatineau sera l'absolue priorité.

La représentante d'Action Gatineau estime qu'il s'agit de la promesse la plus «englobante». «Ça fait des années qu'on parle de revitaliser Notre-Dame et Main. Il y a plusieurs organismes mobilisés, ils sont prêts à aller de l'avant.»

En raison de l'expertise de la candidate en développement territorial, le chef d'Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, se frotte les mains à l'idée de voir Caroline Desrochers à la table du conseil.

«Quand on parle de revitalisation urbaine intégrée qui est le grand enjeu du quartier ici, c'est son expertise. [...] D'un côté, j'ai besoin d'alliés au conseil, mais elle apporte une expertise qui est bonne pour tout Gatineau, surtout les vieux quartiers.»

Le conseiller sortant, Stéphane Lauzon, citait régulièrement les infrastructures et l'entretien du réseau routier comme priorité durant ses campagnes électorales. La candidate d'Action Gatineau n'en fera pas nécessairement son principal cheval de bataille.

«C'est sûr que l'infrastructure, c'est la base [...], il faut s'en occuper, mais je pense qu'on peut aller plus loin que les infrastructures. Maintenant, les villes ont d'autres compétences au niveau du développement, des services en culture, du développement social. Je pense qu'il faut adresser l'ensemble de ces compétences.»

Par ailleurs, Caroline Desrochers se réjouit de voir trois jeunes être candidat dans cette élection partielle, dont deux femmes (l'autre étant la fille du conseiller sortant, Lisa Lauzon).

«C'est intéressant, ça montre qu'il y a quelque chose qui se passe. Pour moi, c'est sûr qu'il fallait que les bottines suivent les babines. Depuis des années, avec la Table jeunesse, que je dis que c'est important que les jeunes s'impliquent.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer