Le plan de relance de l'aéroport bientôt déposé

Le plan est vivement attendu par le maire... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le plan est vivement attendu par le maire Pedneaud-Jobin qui a fait de la relance de l'aéroport l'un des principaux enjeux économiques de sa campagne électorale de 2013.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après s'être fait renvoyer à la table à dessin deux fois plutôt qu'une dans la dernière année, la direction de l'aéroport de Gatineau déposera publiquement, mardi matin, le plan de relance devant permettre de rentabiliser ses installations.

Ce document est vivement attendu par le maire Maxime Pedneaud-Jobin qui a fait de la relance de l'aéroport l'un des principaux enjeux économiques de la Ville de Gatineau lors de la campagne électorale de 2013.

Fait plutôt inhabituel, ce n'est pas le directeur de l'aéroport, Gaston Cloutier, ni son président, Jean Lessard, qui en fera la présentation au conseil, mais bien le directeur général adjoint de la Ville, Michel Tremblay. Ce plan considéré comme final n'a d'ailleurs pas été approuvé, ni même vu, par le comité de relance de l'aéroport. Selon nos informations, ce comité formé de gens d'affaires a complètement été évacué du processus en mars dernier.

En plus du plan de relance, les élus seront avisés des recommandations de l'administration municipale quant à l'avenir même de la corporation de l'aéroport dont le contrat avec la Ville de Gatineau se termine le 31 décembre prochain. Le niveau de confiance du conseil municipal envers la corporation a vacillé au cours des derniers mois.

En janvier 2015, une première ébauche du plan de relance avait reçu un accueil plus que glacial de la part des élus. Le conseiller municipal Jean Lessard, mal à l'aise avec cette première mouture, avait affirmé que «beaucoup de travail reste à faire, il faut changer la mentalité du conseil d'administration de l'aéroport».

Quelques mois plus tard, en juin, la direction de l'aéroport revenait à la charge, à huis clos, devant le conseil municipal, avec ce qui devait être le plan de relance final. Le maire Pedneaud-Jobin avait indiqué, le lendemain, que le plan présenté au conseil n'était pas satisfaisant et qu'il ne pouvait pas être considéré comme le plan de relance de l'aéroport. D'autres modifications ont donc été faites depuis ce temps.

Investissements et zone franche

Depuis cette présentation de juin, très peu d'informations ont filtré des travaux pour relancer l'aéroport. Le plan présenté mardi devrait de nouveau demander des investissements supplémentaires de la Ville de Gatineau, qui continue, année après année, à éponger le déficit de l'aéroport. Le manque à gagner en 2015 était de 330 000$.

Selon nos informations, la corporation proposerait de demander au gouvernement fédéral de reconnaître une «zone franche» à l'aéroport de Gatineau. Ce programme fiscal permet d'alléger les formalités administratives et de réduire les coûts en matière de droits de douane à l'exportation. Une telle mesure permettrait, selon la direction de l'aéroport, d'attirer des industries manufacturières, notamment dans le secteur de l'aéronautique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer