Un test pour Action Gatineau

Le maire et chef du parti Action Gatineau,... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire et chef du parti Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Maxime Pedneaud-Jobin ne le cache pas, il aimerait bien avoir un élu de plus d'Action Gatineau autour de la table du conseil d'ici la fin du mandat pour l'aider à remplir ses promesses et à faire face à une opposition de conseillers indépendants de plus en plus organisée.

L'élection partielle dans le district de Lac-Beauchamp sera un test pour le parti, admet le chef d'Action Gatineau. «J'ai hâte de voir si nous allons progresser, dit-il. Je vais dire aux gens qu'il est important d'avoir une personne de plus au conseil qui est d'accord avec la vision d'Action Gatineau, parce que c'est une bonne vision et qu'elle est solide. On veut réaliser nos promesses et c'est plus facile de le faire quand on a plus d'alliés autour de la table.»

La candidate d'Action Gatineau dans Lac-Beauchamp, Caroline Desrochers, croit que le centre-ville de Gatineau sera l'un des grands dossiers de la fin du mandat, tout comme le lien rapide vers l'ouest, un projet pour lequel elle a un préjugé favorable à une technologie électrique. Les célébrations du 150e anniversaire de la Confédération teinteront aussi les décisions d'ici la fin du mandat, selon elle.

Dans le centre-ville, Mme Desrochers est d'avis que beaucoup d'importance doit être accordée au Plan particulier d'urbanisme en place. «Il y a eu beaucoup d'efforts qui ont été mis là-dedans, il rejoint une vision des gens du quartier et il ne faudrait certainement pas le jeter aux poubelles à cause d'un projet qui ne cadre pas avec ses grandes lignes, a-t-elle précisé. Mais ça ne vaut pas dire qu'il faut jeter à la poubelle le projet de Brigil pour autant.»

Les quelque 20 millions $ qui seront investis sur la rue Notre-Dame, au cours des cinq prochaines années, représentent une occasion en or pour donner une nouvelle impulsion au quartier qu'elle souhaite représenter, dit-elle. La question du logement sera aussi au nombre de ses préoccupations. «C'est un secteur où ça doit se développer, mais avec une mixité de logement, dit-elle. Avec le nouveau Plan pour l'économie sociale du gouvernement du Québec, il pourrait y avoir des opportunités pour des coopératives d'habitation. Il faudra être à l'affût.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer