Travaux d'urgence sur le pont noir

Des fissures dans les dalles de béton qui... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Des fissures dans les dalles de béton qui servent d'approches pour le pont forcent la STO à réaliser une «dépense urgente» de 251 000$.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Société de transport de l'Outaouais (STO) éprouve de nouveaux problèmes avec le pont noir utilisé par le Rapibus pour passer au-dessus de la rivière Gatineau. 

Cette fois, des fissures dans les dalles de béton qui servent d'approches pour le pont forcent une «dépense urgente» de 251 000 $. Les travaux auront lieu ce week-end. Le pont sera fermé aux autobus toute la fin de semaine, le temps de faire les réparations nécessaires. 

La porte-parole du transporteur public, Céline Gauthier, explique que ces fissures ne sont d'aucun danger pour la sécurité du public. «La dalle ne fait pas partie de la structure du pont, dit-elle. C'est pour faire la transition entre la route et le pont. Les fissures sont dues à la vibration causée par les autobus.»

Un autre problème

C'est la deuxième fois en un an que la STO doit intervenir sur le pont noir. En octobre 2014, des boulons étaient tombés du pont. Mme Gauthier avait aussi indiqué, à l'époque, qu'il n'y avait aucun danger avec le pont. «Il a été fait selon les règles de l'art, par des professionnels», insistait-elle. 

Les professionnels responsables du tronçon du pont noir n'avaient toutefois pas jugé nécessaire de souder les boulons ajoutés à la grille métallique sur laquelle roulent les autobus, avait appris LeDroit. 

Résultat: les boulons ont commencé à se dévisser, à tel point qu'une équipe de professionnels avait dû se rendre sur place, en décembre dernier, pour resserrer les boulons et les souder.

Cette fois, c'est l'approche de l'hiver qui rend les travaux urgents, précise Mme Gauthier. Il faut faire les travaux avant que le froid ne s'installe définitivement. 

«On va casser l'asphalte et la dalle de béton et du béton armé, avec des armatures, sera coulé, et ce sera recouvert d'une plaque d'acier. La notion d'urgence est liée à la nécessité de faire ces travaux avant l'hiver et le froid.»

La STO soutient que le détour par l'autoroute 50 que devront faire les autobus du Rapibus ne devrait pas avoir d'impact important sur le service cette fin de semaine. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer