Le maire de Gatineau sur...

Il est déjà acquis que la décision d'enterrer officiellement le projet du... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

... le centre multifonctionnel: «Nous étions seuls dans notre bulle»

Il est déjà acquis que la décision d'enterrer officiellement le... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Courtoisie

Il est déjà acquis que la décision d'enterrer officiellement le projet du centre multifonctionnel aura été l'une des plus marquantes du mandat du maire Maxime Pedneaud-Jobin. «Ça aurait été simple de dire oui, dit-il, avec cinq mois de recul. On aurait coupé le ruban, ça aurait été terminé, mais nous n'aurions pas pris une bonne décision pour Gatineau.»

Le maire rappelle qu'il n'y a jamais eu de grand mouvement en faveur de ce projet. «Il n'y avait pas de coalition pour Guertin, dit-il. Pas de mouvement de gens d'affaires pour ou contre le projet. Nous étions seuls dans notre bulle, [...] seuls à être convaincus que c'est ce que ça prenait. Le conseil a tout fait pour sauver le projet tel qu'il était conçu. Nous avons été courageux de dire "non" en juin.»

La Ville de Gatineau a perdu plus de 6 millions $ en planification, ainsi qu'en plans et devis dans cette aventure initiée sous le règne du maire Marc Bureau.

... l'aéroport de Gatineau: il faut plus que de «l'espoir théorique»

Il est déjà acquis que la décision... (Étienne Ranger, Archives LeDroit) - image 4.0

Agrandir

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Auparavant enthousiaste, le discours public sur l'aéroport de Gatineau du maire Maxime Pedneaud-Jobin est devenu, avec le temps, fortement teinté d'incertitude.

D'ailleurs, le plan de relance de l'aéroport doit être officiellement déposé cette semaine, après que la corporation de l'aéroport se soit fait dire à deux reprises de retourner faire ses devoirs.

«On va tout essayer, mais c'est un peu comme le p'tit train, dit-il. Si t'as pas l'essence que ça prend, ce n'est pas la Ville qui va aller faire des liaisons aériennes et investir dans l'industrie aéronautique. J'attends le plan de relance, mais si personne ne lève la main, je vais prendre des décisions. Nous avons été capables de dire non au centre multifonctionnel. Des décisions difficiles, ce conseil-là est capable d'en prendre et il en a pris beaucoup. S'il faut le faire pour l'aéroport, on va le faire. Le message qu'on a envoyé à la corporation de l'aéroport c'est qu'on veut plus qu'un plan d'espoirs théoriques, il faut du concret.»

... la transparence: l'équilibre entre le public et le huis clos

Gatineau a-t-elle atteint le bout de la transparence? Pas encore, dit le maire. «Mais on est arrivé au moment où on doit se poser de sérieuses questions.»

Maxime Pedneaud-Jobin aime bien rappeler aux journalistes qui se font parfois trop insistants, qu'il ne fait pas de la télé-réalité. «Il y a un temps pour rendre des choses publiques et c'est lorsqu'on est convaincu de leur valeur, dit-il. La gestion de l'État ne peut pas toujours se faire en public.»

La réforme des comités et commissions dont le plan d'action doit être présenté au conseil en début d'année 2016 pourrait offrir un début de réponse à cette épineuse question que représente l'équilibre entre ce qui doit être fait en public et à huis clos dans une ville qui se présente comme la championne de la transparence au Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer