Un budget de 560 millions $ à Gatineau

«Nos dépenses sont sous contrôle, a souligné le... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

«Nos dépenses sont sous contrôle, a souligné le maire Maxime Pedneaud-Jobin. Gatineau a des finances qui sont saines. Là, nous limitons l'augmentation des dépenses comme jamais auparavant.»

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le budget total de la Ville de Gatineau en 2016 devrait atteindre 560,8 millions $, soit une hausse des dépenses de l'ordre de 2,6% par rapport à 2015, la plus petite augmentation à ce chapitre dans l'histoire de la municipalité.

Cela représente une hausse des dépenses de 14,1 millions $ par rapport à 2015.

«Nos dépenses sont sous contrôle, a souligné le maire Maxime Pedneaud-Jobin. Gatineau a des finances qui sont saines. Là, nous limitons l'augmentation des dépenses comme jamais auparavant.»

De fait, la hausse des dépenses a diminué chaque année depuis 2013.

Cette année-là, les dépenses de la Ville de Gatineau avaient augmenté de 5,3%, pour atteindre 3,4% l'année suivante et 3,2% l'an passé.

Encore une fois en 2016, ce sont les salaires et les avantages sociaux qui occupent le principal poste budgétaire, avec 47% des dépenses municipales. En respect des conventions collectives en vigueur, les salaires et avantages sociaux coûteront 9,1 millions $ de plus aux contribuables l'an prochain.

La contribution municipale à la Société de transport de l'Outaouais (STO) atteindra 57,3 millions $, une augmentation de 3 millions $ par rapport à l'an passé.

Il s'agit d'une diminution de 500 000$ par rapport au plafond d'augmentation annuelle de 3,5 millions $ identifié par la Ville l'an passé.

Diversification des revenus

Le conseil municipal respectera sa promesse de limiter la hausse de la taxe foncière à 1,9% l'an prochain. À cela s'ajoute encore une fois l'augmentation de 1% de la taxe dédiée aux infrastructures. La Ville s'estime toujours trop dépendante de cette taxe comme source de revenus. La taxe foncière représente plus de 86% des revenus de la Ville, soit 485 millions $.

Le budget total de la Ville de Gatineau en 2016 devrait... (Infographie LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Infographie LeDroit

L'administration municipale proposera aux élus, mardi, un plan de diversification des revenus. Ce plan n'aurait toutefois aucun impact sur les décisions budgétaires pour l'année 2016. Ses mesures ne seraient pas mises en application avant 2017, selon nos informations.

Hausse de la tarification

Pour boucler son budget, la Ville de Gatineau ira chercher 868 000$ de plus dans la poche des citoyens en augmentant la tarification de certains services. Les constats d'infraction pour le stationnement passeront de 30$ à 40$ en 2016. Cela représenterait des revenus supplémentaires de 500 000$. Des augmentations de tarification pour la Carte Accès Gatineau permettront des nouveaux revenus de 100 000$.

Il est aussi proposé au conseil d'augmenter la tarification des permis mensuels de stationnement à 87$. Cette majoration se traduira par une augmentation de revenus de 56 000$.

«On est extrêmement prudent, je ne pense pas qu'on exagère, estime le maire de Gatineau. C'est essentiellement de l'indexation. Pour les amendes, ce n'est pas un tarif qui m'émeut tellement. On parle de gens qui ont fait quelque chose qu'ils n'avaient pas le droit de faire. J'aime mieux augmenter ça que les tarifs pour des activités familiales.»

Camps de jour sous la loupe

La tarification pour les camps de jour de la Ville sera aussi revue à la hausse afin de permettre des revenus supplémentaires de 212 000$. La majoration atteindra 10$ pour fixer le prix à 45$ par semaine, et 55$ par semaine avec le service de garde.

La conseillère Sylvie Goneau estime qu'il y a lieu pour la municipalité de réfléchir à une révision complète de ce service qui coûte 2,4 millions $ par année, mais qui ne rapporte que 900 000$ en revenus. Il y a lieu, selon elle et plusieurs autres conseillers municipaux, d'amorcer une transition de ce service vers le secteur privé. Un plan de révision des services sera présenté aux élus en 2016 et cette possibilité devrait être abordée, a fait savoir la directrice générale de la Ville, Marie-Hélène Lajoie.

Le budget 2016 sera officiellement adopté en décembre prochain.

Révision des dépenses: des économies récurrentes de 10 millions $

Gatineau a pu dégager des économies de 400000$... (Etienne Ranger, Archives LeDroit) - image 4.0

Agrandir

Gatineau a pu dégager des économies de 400000$ dans l'optimisation de ses opérations de voiries en période hivernale.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Des économies qui semblent parfois anodines au premier coup d'oeil finissent par représenter des millions de dollars à Gatineau. Depuis 2013, les travaux de la Commission de révision des dépenses ont permis d'épargner 10,2 millions $ sur une base récurrente.

Les débats entourant la préparation du budget 2016 à Gatineau se sont amorcés, lundi matin, avec un bilan de l'exercice mené par cette commission. D'ici 2018, une somme récurrente de 15 millions $ devra avoir été dégagée grâce à cette commission présidée par le conseiller Maxime Tremblay.

En 2015 uniquement, les économies se chiffrent à 5,1 millions $. Depuis le début de l'exercice de révision, ce sont 10,2 millions $ qui ont été dégagés. Cela représente près de deux fois plus d'économies que l'objectif fixé au départ pour l'année 2015.

«Plus nous allons avancer, plus ça va devenir difficile de faire des gains, a toutefois affirmé M. Tremblay. Je crois quand même qu'il y a encore un large éventail de possibilités. En amélioration continue, il y a toujours des possibilités.»

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a affirmé que les travaux de cette commission sont importants puisqu'ils permettent, presque à eux seuls, de combler le déficit structurel de la Ville, chiffré à 4,6 millions $ pour 2016. «Ces travaux sont d'autant plus intéressants parce qu'ils ont des effets durables, a-t-il ajouté. Nous ne coupons pas à la hache. Notre approche est différente. Nous récoltons le fruit de notre patience.»

Plus mollo sur le sel

À titre d'exemple, la Ville de Gatineau a pu dégager des économies importantes de 400 000$ dans l'optimisation de ses opérations de voirie en période hivernale.

La gestion des sels de voirie et des abrasifs a fait l'objet d'une analyse qui a mené à une réduction, en 2015, de 10% de l'utilisation du sel et de 38% des abrasifs. Leur utilisation dépend maintenant du type de précipitations et de la température de la chaussée.

Un gain de 102 550$ a aussi été enregistré dans le secteur de l'horticulture. 

La pertinence et la fréquence des activités d'horticulture ont été révisées, tout comme l'organisation des parcours des équipes. La Ville de Gatineau a aussi fait des économies importantes en remplaçant des fleurs annuelles par des vivaces.

«Je suis impressionné par la démarche de nos services, a indiqué le conseiller Gilles Carpentier. C'est très stratégique. C'est aussi une approche qui responsabilise nos employés à la base. Ce sont eux qui savent ce qui fonctionne et ce qui fonctionne moins bien.»

Les prochains services à être ciblés par la Commission de révision des dépenses sont le service des finances et le service du greffe.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer