La fille de Stéphane Lauzon veut lui succéder

Liza Lauzon a pris la décision de se... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Liza Lauzon a pris la décision de se lancer en politique après l'élection de son père au fédéral, le 19 octobre dernier.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux semaines après l'élection du conseiller municipal gatinois Stéphane Lauzon à titre de député fédéral d'Argenteuil-La Petite-Nation, voilà que sa fille Liza se lance dans la course à sa succession avec l'intention d'occuper le siège que son paternel laissera vacant dans le district Lac-Beauchamp.

Alors que l'élection partielle, qui doit avoir lieu en février prochain, n'a pas encore été déclenchée, la jeune femme de 22 ans a annoncé qu'elle peut d'ores et déjà compter sur l'appui de deux élus à la table du conseil, soit Louise Boudrias et Maxime Tremblay.

Entrepreneure et employée à la Ville de Gatineau, l'étudiante au baccalauréat en enseignement en adaptation scolaire avoue avoir eu le déclic pour sauter dans l'arène politique lorsque son père a remporté l'investiture libérale l'été dernier. Après en avoir discuté avec sa famille, elle a pris sa décision finale lorsqu'il a été élu au scrutin du 19 octobre.

Celle qui pourrait devenir la plus jeune élue à la Maison du citoyen ne perçoit pas comme un désavantage d'être la fille de l'homme qui a occupé les mêmes fonctions pendant six ans.

«Mon père a clairement été un modèle pour moi, je baigne dans la politique depuis toujours. [...] Je suis certaine que je serai capable de représenter la personne que je suis, donc oui c'est un avantage de connaître quelqu'un qui a vécu cette expérience-là. Je ne m'embarque pas comme un cheveu sur la soupe. [...] Mais bien sûr, comme dans toute relation père-fille, on n'a pas toujours les mêmes opinions. Parfois, je prendrai des décisions qui seront en contradiction avec les siennes, d'autres fois, je pourrai compter sur son support», dit-elle.

Se décrivant comme dynamique, l'aspirante conseillère croit pouvoir insuffler un vent de fraîcheur à la table du conseil municipal si les citoyens lui accordent leur confiance.

Elle compte sonder les électeurs au sujet de leurs priorités dans le district, entre autres la revitalisation de la rue Notre-Dame, la sauvegarde du lac Beauchamp, un joyau qui se trouve dans un état exécrable à son avis, ainsi que le prolongement du corridor du Rapibus jusqu'au boulevard Lorrain.

Candidate indépendante

Après réflexion, elle soutient avoir rapidement rejeté l'option de se présenter sous la bannière du parti Action Gatineau, même si elle considère que le maire Pedneaud-Jobin fait du bon travail depuis son élection en 2013.

«Je sentais vraiment que j'aurais les mains liées. La politique municipale, c'est celle qui est la plus proche des citoyens, c'est important d'être capable de représenter leur opinion. On voit dans l'annonce de l'investiture (Action Gatineau) que les priorités ont déjà été déterminées pour le futur candidat, alors qu'il n'a pas encore été choisi. J'étais outrée quand j'ai vu ça», affirme-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer