Un outil pour comprendre les enjeux budgétaires

Le maire Pedneaud-Jobin garde espoir de pouvoir un... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire Pedneaud-Jobin garde espoir de pouvoir un jour offrir aux Gatinois la possibilité de réaliser eux-mêmes un budget pour mieux comprendre les tenants et aboutissants de l'exercice.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En attendant de pouvoir eux-mêmes se prêter au jeu de la préparation d'un budget de plus de 500 millions de dollars, les Gatinois ont accès à un nouvel outil en ligne leur permettant de se renseigner sur les différents enjeux qui feront l'objet de discussions dans le cadre de la préparation de l'exercice budgétaire 2016.

Tout en soulignant que Gatineau est «la seule ville au Québec» offrant quatre jours de discussions budgétaires en public, le maire Maxime Pedneaud-Jobin s'est réjoui mercredi de l'arrivée, sur le site Internet de la municipalité, d'un nouvel outil baptisé Budget 2016 - Les enjeux.

«C'est un autre pas pour améliorer la compréhension que les citoyens ont du budget, donc ce sont des questions-réponses, ce sont les questions qui reviennent le plus souvent», a précisé le maire.

Taxes foncières, infrastructures, dette, réserves, déficit et diversification des revenus font partie des sujets abordés par ce nouvel outil.

Le maire garde par ailleurs toujours espoir de pouvoir un jour offrir aux Gatinois la possibilité de réaliser eux-mêmes un budget pour la ville. «Ce qu'on a en tête, c'est l'ensemble du budget municipal, donc un curseur qui dit que si vous montez une dépense à tel endroit, il faut couper à l'autre, mais que ce soit les vrais chiffres de Gatineau, et ça, c'est un gros défi pour que ça ait de la valeur», a souligné mercredi M. Pedneaud-Jobin, en indiquant que «des discussions» ont déjà été entamées avec certaines firmes afin d'en arriver un jour à un tel projet.

Le maire se dit conscient que certains citoyens ne seront pas prêts à réaliser un exercice aussi laborieux, mais estime qu'un tel outil en vaudrait la peine pour tous ceux qui s'intéressent à la gestion de l'argent qu'ils versent à la Ville par le biais des taxes foncières.

«C'est intéressant qu'ils voient que quand on demande plus de bibliothèques, plus d'arénas, plus de piscines et des infrastructures plus en ordre, à un moment donné, il y a des conséquences, donc des choix difficiles. Pour avoir des citoyens plus aguerris, des citoyens qui sont capables de critiquer nos choix, ce serait un bel outil.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer