Le tiers de l'eau potable perdu dans les fuites

Gatineau n'arrive pas à atteindre la cible québécoise... (Archives La Tribune)

Agrandir

Gatineau n'arrive pas à atteindre la cible québécoise de réduction des fuites dans son réseau d'aqueduc.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La consommation d'eau potable des Gatinois continue de diminuer, mais la Ville perdrait encore le tiers de sa production à cause des nombreuses fuites dans son réseau d'aqueduc.

En 2014, un Gatinois moyen dépensait, chaque jour, 401 litres d'eau potable. Il s'agit d'une amélioration notable de 200 litres de moins par jour, par rapport à 2006. Toutefois, cette tendance à la baisse semble atteindre un certain niveau de stagnation depuis 2013, alors que la consommation atteignait 403 litres quotidiennement. L'objectif national de réduire la consommation à 431 litres par personne est ainsi facilement atteint par la Ville de Gatineau, et ce depuis 2012.

Les secteurs d'Aylmer et de Buckingham sont encore les plus grands consommateurs d'eau de la Ville avec respectivement une moyenne de 431 et 419 litres consommés par personne, par jour.

Gatineau n'arrive toutefois pas à atteindre la cible québécoise de réduction des fuites dans son réseau d'aqueduc. Le tiers (32%) de toute l'eau potable serait produit en pure perte à Gatineau, et ce malgré la réparation de 212 fuites depuis 2010. Ces réparations représentent une économie d'eau comparable à 679 piscines hors terre par jour.

Le secteur Hull est celui dont le gaspillage d'eau à cause des fuites est le pire à Gatineau. Près de 40% de l'eau potable produite dans le secteur Hull ne se rendrait jamais dans les résidences. Cette proportion atteindrait 35% dans le secteur Aylmer.

Le directeur général adjoint de la Ville, André Turgeon, précise toutefois qu'aucune municipalité de la province n'est en mesure d'atteindre la cible fixée par le gouvernement. «La façon de calculer les pertes potentielles d'eau est remise en question», ajoute-t-il.

Le conseiller Cédric Tessier est d'avis que Gatineau doit raffiner ses données. «En ce moment, nous avons des normes très théoriques du gouvernement du Québec et ça nous prend des données fiables pour vraiment évaluer nos pertes d'eau, a-t-il indiqué. J'ai de la difficulté à croire que le tiers de l'eau potable qu'on produit est perdu dans les fuites.»

L'installation de compteurs d'eau dans un échantillon aléatoire résidentiel est envisagée afin de permettre à Gatineau de bénéficier de données de consommation plus fiables. Il n'est pas question de tarification pour le moment, à Gatineau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer