Que Gatineau s'occupe d'abord de son mandat, dit le Groupe Heafey

Le vice-président du Groupe Heafey, Charles Masse, est... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le vice-président du Groupe Heafey, Charles Masse, est d'avis que le site de l'aréna Guertin doit conserver sa vocation sportive et de loisirs.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau aurait intérêt à multiplier les efforts pour offrir des infrastructures de loisirs, sportives et culturelles à la population de son centre-ville plutôt que de chercher à utiliser ses terrains pour en faire du développement immobilier, croit le vice-président du Groupe Heafey, Charles Masse.

Ce dernier salue la résolution de la conseillère Denise Laferrière qui a mené à la décision du conseil municipal d'inclure l'actuel terrain de l'aréna Guertin dans l'analyse pour déterminer quel site accueillera le futur domicile des Olympiques de Gatineau. À son avis, ce site demeure encore le meilleur endroit pour un tel projet.

En juin, lors d'un vote serré de 10 contre 9, le conseil avait décidé d'exclure ce terrain et proposait d'évaluer sa vente pour en faire un important projet immobilier.

«Si la Ville va vers le développement résidentiel de ses terrains, elle se trompe de mandat, lance M. Masse en entrevue avec LeDroit. Premièrement, ce n'est pas son mandat, et deuxièmement, elle n'est pas de taille pour faire face au privé dans ce domaine. Elle a tenté le coup avec la rue Morin et personne n'a répondu à l'appel d'offres. La Ville ne devrait pas aller jouer dans un domaine qu'elle ne connaît pas. Si elle décide d'aller de l'avant avec un projet domiciliaire sur le site de Guertin, c'est certain que ça va faire réfléchir les promoteurs. La Ville deviendrait un concurrent de ces promoteurs, un concurrent à qui nous devrions déposer nos projets. Disons que ça pourrait refroidir les ardeurs de certains.»

Le vice-président du Groupe Heafey, Charles Masse... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Le vice-président du Groupe Heafey, Charles Masse

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Charles Masse estime à environ 2 milliards de dollars la valeur des projets domiciliaires actuellement sur la table dans le centre-ville, en incluant le projet Zibi.

«Ce qui manque actuellement dans le centre-ville, ce sont des infrastructures municipales comme un aréna, un équipement pour attirer des spectacles, une bibliothèque où n'importe quoi permettant de contribuer à la culture et aux loisirs de la population, explique-t-il. Gatineau doit se servir de ses terrains pour offrir quelque chose à faire aux gens que les promoteurs immobiliers auront attirés dans le centre-ville.»

Le porte-parole de Brigil, Yves Ducharme, est pour sa part d'avis qu'il revient à la ville seule de déterminer où elle souhaite installer ses équipements municipaux.

Tremblay veut une planification

Le conseiller Maxime Tremblay croit que Gatineau ferait une grave erreur en oubliant de s'assurer que son centre-ville soit un milieu de vie où on ne fait que dormir. «Ça prend une vision du développement du centre-ville sur 10 à 20 ans, dit-il. Le conseil doit travailler là-dessus dans la prochaine année. Je croyais que les investissements au ruisseau de la Brasserie et dans le secteur Laval-Aubry étaient un point de départ pour une planification du développement, mais ce n'est pas le cas. Nous avons rapidement besoin d'une vision.»

Le vice-président du Groupe Heafey est d'avis que le site de l'aréna Guertin doit conserver sa vocation sportive et de loisirs, tandis que le secteur de la Fonderie doit accueillir une infrastructure culturelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer