Donald Roy nommé président d'Action Gatineau

Donald Roy sera responsable de coordonner l'organisation et... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Donald Roy sera responsable de coordonner l'organisation et les efforts de financement de la formation politique en prévision des prochaines élections municipales de 2017.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un ancien chef syndical et ex-président du Parti québécois en Outaouais devient le nouveau président d'Action Gatineau.

Donald Roy a été nommé à ce poste par le comité de direction du parti du maire Maxime Pedneaud-Jobin au début septembre. Il sera responsable de coordonner l'organisation et les efforts de financement de la formation politique en prévision des prochaines élections municipales de 2017. Il occupe actuellement le poste par intérim. Il devrait être confirmé dans ses fonctions lors du congrès du parti dans environ un an.

«Mes forces sont au niveau de l'organisation et du financement, dit-il. Nous sommes à deux ans de l'élection. C'est le temps de partir la machine. Nous aurons des organisateurs dans chacun des districts et on doit s'occuper de financement. Ça ne se fait pas six mois avant une élection. Nous aurons aussi un nouveau programme. On va consulter nos membres et la population.»

Le président d'Action Gatineau précise que le parti entend présenter un candidat dans chacun des 18 districts électoraux de la Ville de Gatineau. «Peut-être que certains conseillers [indépendants] voudront se joindre à nous, note M. Roy. Probablement que certains seront approchés par le parti, mais nous, comme parti, nous avons l'obligation de présenter 18 candidats d'Action Gatineau.»

Syndicaliste et péquiste

Donald Roy était visiblement prêt à répondre aux questions concernant son passé comme président du PQ en Outaouais de 2008 à 2010. «Action Gatineau a des membres de toutes les couleurs politiques et la question nationale ne fait pas du tout partie de nos discussions», a-t-il lancé. M. Roy était cependant beaucoup moins à l'aise de commenter la signature récente du pacte fiscal donnant aux villes le droit d'imposer les conditions de travail de ses employés.

Alors que tout le monde syndical dans les municipalités exprime sa colère par rapport à cette décision de Québec, l'ancien président de la FTQ-Outaouais a longuement tourné autour du pot avant de répondre. «Je suis parti de là, c'est une autre époque, je n'ai plus de lien syndical et je suis un retraité, a-t-il affirmé. Je suis mal placé. J'ai passé à autre chose. J'ai confiance que le maire de Gatineau va vouloir négocier et faire les bonnes choses autant pour les employés que les contribuables. Là, je vais me concentrer sur le mandat que m'a donné Action Gatineau.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer