Exclusif

La Place des festivals réduite à un «projet pilote»

Dans une lettre envoyée tout récemment aux promoteurs... (Courtoisie)

Agrandir

Dans une lettre envoyée tout récemment aux promoteurs de Place des festivals, la CCN réduit considérablement les attentes de l'organisation. Le projet ne tient désormais plus qu'à un fil.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le projet de Place des festivals, le résiduel du défunt projet Destination Gatineau, prévu au parc Jacques-Cartier, ne tient désormais plus qu'à un fil.

La Commission de la capitale nationale (CCN) est loin d'être tombée sous le charme du concept final et du plan d'affaires présentés par le directeur général de la Société Place des festivals, Claude Hamelin, et sa présidente, Louise Boudrias, a appris LeDroit.

Dans une lettre envoyée tout récemment aux promoteurs de Place des festivals, la CCN réduit considérablement les attentes de l'organisation qui souhaite doter Gatineau d'un vaste espace servant à la tenue d'événements majeurs, dans le centre-ville de Gatineau, sur les rives de la rivière des Outaouais. La Société Place des festivals se fait ainsi renvoyer poliment à la table à dessin pour une deuxième fois par la CCN.

Un «projet pilote»

Mario Tremblay, porte-parole à la Commission de la capitale nationale, affirme que les promoteurs de Place des festivals sont toujours invités à participer à l'élaboration du plan de la CCN, dont l'objectif est d'animer les berges, notamment celles du parc Jacques-Cartier. Toutefois, loin de souscrire au vaste projet proposé par M. Hamelin, la CCN ferme plutôt la porte en ne laissant qu'une petite ouverture pour, au mieux, propose-t-elle, «examiner la faisabilité d'un projet pilote dans une section du parc».

Avec un plan d'une trentaine de millions de dollars d'investissements publics qui nécessiterait un réaménagement important du parc Jacques-Cartier, la Société Place des festivals était loin de vouloir développer un «projet pilote» sur une partie du parc. Ce retournement de situation serait à l'origine du retrait de l'ordre du jour du comité plénier, la semaine dernière, d'une présentation que devait faire la Société Place des festivals.

La présidente de la Société, Louise Boudrias, tentait lundi de minimiser la situation en affirmant qu'«avant de faire une présentation au conseil, nous souhaitions avoir avancé un peu plus dans nos négociations avec la CCN». Mme Boudrias reconnaît qu'il est possible que la CCN soit maintenant «plus frileuse sur certains éléments».

La présidente de la Société Place des festivals qui a remplacé la défunte Destination Gatineau du maire Marc Bureau affirme que la CCN souhaite conserver un certain contrôle sur ses terrains, notamment au niveau de l'animation du site. Selon nos informations, ça va beaucoup plus loin que ça. La CCN refuserait carrément de toucher à l'intégrité d'une grande partie du parc Jacques-Cartier. Il y aurait aussi à certains endroits des enjeux de contamination du sol, forçant certaines restrictions d'utilisation.

«Le parc Jacques-Cartier a une importance nationale, insiste Mario Tremblay. Il est au coeur de la région de la capitale, il a sa propre dimension historique et il longe la rivière des Outaouais. La CCN continuera d'en assurer la gestion pour la préservation des biens naturels et des paysages naturels, ce qui est au coeur de nos priorités.»

Claude Hamelin n'a pas donné suite aux nombreux appels du Droit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer